Allez au contenu, Allez à la navigation

Revalorisation de la retraite mutualiste du combattant

12e législature

Question écrite n° 13348 de M. Philippe Madrelle (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 29/07/2004 - page 1687

M. Philippe Madrelle appelle l'attention de M. le ministre délégué aux anciens combattants sur la nécessaire revalorisation de la retraite mutualiste du combattant. Il lui rappelle que l'indice actuel est de 122,50 des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre. La prise en compte de l'indice 130 de PMI à effet du 1er janvier 2005 permettrait de donner à la retraite mutualiste du combattant un pouvoir d'achat convenable. Il lui demande de bien vouloir lui préciser s'il ne juge pas opportun que cette mesure figure dans le projet de loi de finances pour 2005.



Réponse du Ministère délégué aux anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 02/09/2004 - page 1989

La loi n° 2002-1575 du 30 décembre 2002 portant loi de finances pour 2003 a prévu, à l'article 114, un relèvement exceptionnel du plafond majorable de la rente mutualiste qui est passé de 115 à 122,5 points. L'augmentation substantielle du plafond majorable de 7,5 points en 2003, alors que par le passé elle n'était que de 5 points par an, a représenté un effort important sur le plan budgétaire. Une nouvelle augmentation de ce plafond en 2004 n'a donc pas été considérée comme prioritaire et n'a pas été retenue, au profit d'autres mesures nouvelles, dans le cadre de la loi de finances pour 2004. D'autres choix ont, en effet, été effectués, notamment l'amélioration de la situation des veuves pensionnées, l'harmonisation des conditions d'attribution de la carte du combattant, qui peut dorénavant être attribuée aux anciens d'Afrique du Nord totalisant quatre mois de présence sur ces théâtres d'opérations, ainsi que la garantie des crédits d'action sociale de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Quoi qu'il en soit, 199 millions d'euros ont été inscrits dans la loi de finances pour 2004 pour financer la prise en charge de la participation de l'Etat. Le principe du relèvement ultérieur du plafond majorable de la rente mutualiste n'est pas pour autant abandonné.