Allez au contenu, Allez à la navigation

Partenariat école-entreprise

12e législature

Question écrite n° 14255 de M. José Balarello (Alpes-Maritimes - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 21/10/2004 - page 2372

M. José Balarello rappelle à M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche qu'alors que le chômage des jeunes continue à progresser et que les entreprises pâtissent des difficultés de recrutement, diverses enquêtes effectuées auprès d'élèves du secondaire révèlent une perception très floue et souvent erronée du monde du travail. Ces enquêtes relèvent également que ces jeunes sont demandeurs d'une information directe, jugeant plaquettes, vidéos et sites web peu adaptés à leurs attentes. Aussi il lui demande s'il ne lui semble pas indispensable de lever le tabou du partenariat école-entreprise par la création de lycées et collèges pilotes organisant de façon systématique et continue, avec l'appui de professeurs volontaires, des rencontres, interventions de professionnels et visites commentées d'entreprises, ce système pouvant concourir à réduire le fossé qui sépare les jeunes du monde de l'entreprise.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 06/01/2005 - page 26

Une meilleure information des jeunes sur les métiers constitue un objectif prioritaire pour améliorer la préparation des choix d'orientation. C'est l'un des enjeux sur lesquels le projet de loi sur l'école s'efforcera d'apporter des propositions d'évolution. Il convient d'abord que l'orientation vers ces formations soit plus positive qu'elle ne l'est souvent, notamment en fin de 3e, et mieux répartie entre les différentes spécialités de formation, compte tenu des besoins du monde professionnel. L'information des jeunes au collège sur le monde du travail constitue dans cette optique une priorité : c'est l'objet notamment d'une disposition nouvelle qui sera introduite dès la rentrée 2005 en classe de 3e - la possibilité pour les élèves, quel que soit leur profil, de prendre un enseignement optionnel de 3 heures de " découverte professionnelle ", qui sera axé sur les métiers, leur organisation, leurs débouchés, les voies de formation qui y conduisent, sous statut scolaire ou en apprentissage. L'adaptation des contenus des formations et des diplômes à l'évolution des besoins de qualification constitue une autre nécessité. Ce travail, conduit en liaison avec les professions dans le cadre des CPC, sera renforcé pour actualiser les contenus des diplômes professionnels (CAP, BEP, bac professionnel).