Allez au contenu, Allez à la navigation

Recrutement de jeunes chercheurs

12e législature

Question écrite n° 15604 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 20/01/2005 - page 147

M. Marcel Vidal attire l'attention de M. le ministre délégué à la recherche dans le recrutement de jeunes chercheurs. Alors que l'Etat participe au financement des thèses, il semble inconcevable de ne pas pouvoir assurer une intégration de ces derniers dans les effectifs des universités. Cet état de fait ne peut que décourager les étudiants qui s'engagent dans cette voie, et démontre toute l'incohérence du système actuel. Alors que le Gouvernement déclarait, il y a encore quelques mois, que la recherche scientifique était une priorité nationale, il lui demande de bien vouloir lui indiquer quel avenir professionnel est réservé aux détenteurs d'une thèse.



Réponse du Ministère délégué à la recherche

publiée dans le JO Sénat du 31/05/2005 - page 1587

L'avenir des jeunes docteurs formés dans les universités françaises est une des préoccupations essentielles du Gouvernement. Lors de sa rencontre du 6 avril dernier avec le comité de suivi des états généraux de la recherche, le Premier ministre a annoncé que la priorité accordée à la recherche par le Gouvernement se traduirait en termes d'emploi dans la recherche publique : d'une part, tous les chercheurs partant en retraite seront remplacés ; d'autre part, le projet de loi de finances 2006 comportera la création de 3 000 emplois statutaires supplémentaires. La moitié environ pourrait aller au recrutement de chercheurs dans les organismes de recherche et d'enseignants-chercheurs dans les établissements d'enseignement supérieur. Cet effort pour la recherche publique permettra d'augmenter de plus de 50 % le volume de recrutement de jeunes. Il convient d'ajouter que, en 2005, 22 MEUR sont consacrés au plan de recrutement de postdoctorants lancé en 2003 qui a pour objectif l'accueil dans des laboratoires relevant des organismes de recherche ou des universités, et, dans le cadre d'un contrat à durée déterminée de dix-huit mois au plus, de jeunes docteurs de grande qualité sur la base d'un projet scientifique et d'un projet d'insertion professionnelle stable ultérieur. 600 contrats seront ainsi financés en 2005 dont 200 recrutés en 2004 et 400 nouveaux entrants. La loi d'orientation et de programmation de la recherche qui est en cours sera proposée au Parlement d'ici à l'été au terme d'une procédure associant tous les acteurs de la recherche ; elle a pour objectif de mettre en place un parcours de réussite pour tous les jeunes docteurs. Un suivi exhaustif des titulaires d'une thèse ou (et) d'un contrat postdoctoral permettra une meilleure connaissance de cette population et in fine une meilleure intégration dans le monde de la recherche, publique ou privée.