Allez au contenu, Allez à la navigation

Travaux de l'A 75 en direction de Béziers et de l'A 750 jusqu'à Montpellier

12 ème législature

Question écrite n° 16140 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 17/02/2005 - page 438

M. Marcel Vidal attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports, de l'aménagement du territoire, du tourisme et de la mer sur les délais de réalisation des travaux de l'A 75 en direction de Béziers et de l'A 750 jusqu'à Montpellier. Malgré une concertation exemplaire entre les services de la préfecture, de la DDE et les élus, par l'organisation de réunions de comités de pilotage, il semble que les informations communiquées à Paris et Montpellier soient divergentes. En effet, ces voies de communication, outils majeurs d'aménagement du territoire, constituent pour la France, et notamment le Languedoc-Roussillon, un enjeu fondamental de développement économique vers l'Europe du Sud. Aussi, il ne faudrait pas que le déroulement de ces chantiers puisse être comparé à une " symphonie inachevée ". Il lui demande donc de bien vouloir lui préciser l'échéancier définitif de ces travaux, dont l'urgence n'échappe à personne.



Réponse du Ministère de l'équipement, des transports, de l'aménagement du territoire, du tourisme et de la mer

publiée dans le JO Sénat du 31/05/2005 - page 1566

Le financement de l'aménagement de l'autoroute A 75 est désormais géré par l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) créée au début de décembre 2004. L'AFITF permet de planifier la réalisation des infrastructures selon une perspective pluriannuelle, offrant ainsi de véritables garanties de réalisation. Les acquisitions foncières et les travaux préparatoires de la section de l'A 75 située entre Pézenas et l'autoroute A 9 seront financés en 2005. Il est envisagé de proposer le solde du financement au budget 2006 de l'AFITF. Trois années seront alors nécessaires à la construction de cette section. Pour ce qui concerne l'A 750, dont le financement est inscrit au contrat de plan conclu entre l'État et la région, la mise en service partielle de la déviation de Saint-André-de-Sangonis devrait être effective au cours de l'été 2005 puis être achevée l'année suivante. Parallèlement, la construction du pont sur l'Hérault à proximité de Gignac devrait être engagée dès cette année pour permettre la poursuite de l'opération vers Montpellier.