Allez au contenu, Allez à la navigation

Place des Hauts de Seine dans l'organisation des JO de 2012

12e législature

Question écrite n° 16489 de M. Roger Karoutchi (Hauts-de-Seine - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 17/03/2005 - page 743

M. Roger Karoutchi interroge M. le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur la place occupée par les Hauts-de-Seine dans l'organisation des jeux Olympiques de 2012. La ville de Paris est actuellement bien placée pour obtenir les JO de 2012. Si ce choix s'avérait justifié, c'est l'ensemble de l'Ile-de-France qui bénéficierait de répercussions positives tant au point de vue économique, social que d'aura à l'étranger. Ce dynamisme devrait également bénéficier aux départements limitrophes de Paris, et tout particulièrement aux Hauts-de-Seine. La question qui se pose en l'espèce est de savoir de quelle façon les sites des Hauts-de-Seine tels ceux de Colombes ou de Roland-Garros à Boulogne seront associés à l'organisation des jeux Olympiques dans le cas où Paris obtiendrait l'agrément du comité olympique.



Réponse du Ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 23/06/2005 - page 1718

La commission d'évaluation du Comité international olympique (CIO) a pu, lors de sa visite à Paris du 9 au 13 mars 2005, étudier et apprécier le concept du dossier de candidature de Paris à l'organisation des Jeux de la XXXe olympiade en 2012. Ce concept offre autour du village olympique, situé sur le quartier des Batignolles, la concentration des principaux sites sportifs dans des noyaux assez proches. Les meilleures conditions sont ainsi réunies pour le plus grand confort des athlètes et pour que chacun puisse participer à cet extraordinaire événement sportif et festif sans contraintes marquées de transport et en toute sécurité. L'équipe du comité de candidature de Paris 2012 a présenté lors des séances de travail l'implantation des sites de compétition conformément au dossier de candidature remis au CIO le 15 novembre 2004. La commission d'évaluation a également visité les sites existants et pu se faire une idée précise des futurs emplacements. Ainsi, dans le département des Hauts-de-Seine, la commission d'évaluation a-t-elle visité à Colombes les installations de stade Yves-du-Manoir, futur site devant accueillir les compétitions de base-ball et de soft-ball. Elle a également apprécié les installations de Roland-Garros qui accueilleraient les compétitions de tennis. Il est aussi prévu qu'un des terrains d'entraînement nécessaires pour le tournoi olympique de hockey sur gazon soit réalisé sur le parc interdépartemental des sports de Puteaux. Celui-ci pourrait d'ailleurs être construit plus rapidement pour accueillir une compétition de hockey pré-olympique, en 2008, qualificative pour les jeux Olympiques de Beijing. Pour autant, et au-delà de ces sites de compétition ou d'entraînement « olympiques », plusieurs autres sites sportifs situés dans le département des Hauts-de-Seine pourraient accueillir dans d'excellentes conditions, des équipes, en particulier étrangères, dans la phase de préparation des Jeux de 2012. Aussi, importe-t-il de recenser les équipements potentiels qui seraient susceptibles d'accueillir ces délégations. Il s'agit ainsi d'établir des schémas d'accueil olympique à partir de diagnostics partagés de l'offre d'équipements sportifs pour les sportifs(ves) en préparation olympique, et en particulier de coordonner l'offre des collectivités et la demande des délégations étrangères cherchant des sites de préparation, d'adaptation et d'entraînement. De plus, au-delà de la préparation des équipes de sportifs de haut niveau, l'accroissement de la pratique sportive de tous et de toutes serait un héritage important de notre candidature. Quatre millions de nouveaux pratiquants sont envisagés dès 2013 si collectivement nous savons bien maîtriser toutes les facettes de ce dossier, en créant notamment de nouveaux équipements sportifs et en en rénovant d'autres. Il s'agit, en outre, de les rendre plus accessibles à tous les sportifs valides ou atteints d'un handicap. Il faut ainsi faciliter la définition de schémas directeurs des équipements sportifs, en s'appuyant notamment sur les enseignements du recensement national des équipements, espaces, sites et lieux de pratique en cours de réalisation et dont les résultats seront disponibles à la fin de l'année 2005.