Allez au contenu, Allez à la navigation

Structures d'enseignement pour enfants précoces

12e législature

Question écrite n° 16502 de M. Jean-Pierre Fourcade (Hauts-de-Seine - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 17/03/2005 - page 735

M. Jean-Pierre Fourcade attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la paradoxale situation d'échec scolaire dans laquelle se trouvent de nombreux enfants dits « intellectuellement précoces ». En effet, M. Claude Thelot, dans son rapport sur « l'avenir de l'école », recommandait la nécessité d'une formation complémentaire des enseignants en IUFM et en formation continue ; et la possibilité de réduire d'un an la durée de cycle, à tout moment et non pas seulement à son terme. Or il apparaît que dans le projet de loi d'orientation pour l'avenir de l'école, il n'est pas fait mention de ces recommandations. De plus, aujourd'hui, soixante et un collèges privés sous contrat avec l'Etat ont des projets pédagogiques pour enfants précoces pour trois collèges publics. Pourtant, des collèges « standard » ont constitué des classes pour enfants précoces sans aucun moyen financier supplémentaire. Aussi, il lui demande quelles mesures il compte prendre pour remédier aux manques et à l'inégal accès des structures d'enseignement pouvant accueillir les enfants intellectuellement précoces (EIP) pour ainsi permettre à chaque famille de pouvoir scolariser son enfant dans un établissement public.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 28/07/2005 - page 2041

La loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école promulguée le 23 avril dernier dispose que des aménagements appropriés du cursus scolaire doivent être prévus, dans le premier et le second degrés, au profit des élèves intellectuellement précoces ou manifestant des aptitudes particulières, afin de leur permettre de développer pleinement leurs potentialités ; la scolarité peut être accélérée en fonction du rythme d'apprentissage. Les élèves intellectuellement précoces qui rencontrent des difficultés pourront bénéficier d'un parcours personnalisé de réussite éducative ; pour ces élèves dont le profil d'apprentissage est souvent complexe, l'approche individualisée permettra de tenir compte à la fois de l'avance intellectuelle et des décalages potentiels entre les différents secteurs du développement (intellectuel, moteur, affectif, social) qui induisent des perturbations de l'efficience scolaire. La loi prévoit également que des établissements scolaires pourront se regrouper pour proposer des structures d'accueil adaptées ; les solutions qui ont été expérimentées pourront ainsi être multipliées et adaptées, d'autres seront recherchées pour correspondre aux besoins diagnostiqués et aux ressources locales. La formation des enseignants prendra en compte la connaissance des besoins particuliers des élèves et des réponses à leur apporter ; la précocité intellectuelle appartient à ce registre de préoccupations. Les textes d'application de la loi sont en cours d'élaboration ; des directives précises seront données afin que, pour les élèves intellectuellement précoces comme pour les autres, l'école valorise leurs capacités et leurs talents.