Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la cinémathèque " Afrique " du ministère des affaires étrangères

12e législature

Question écrite n° 17604 de M. Michel Guerry (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 12/05/2005 - page 1326

Rappelle la question 15190

M. Michel Guerry rappelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur les questions écrites n° 13468 et n° 15190 relatives à l'avenir de la cinémathèque « Afrique » du ministère des affaires étrangères, restées sans réponse.



Réponse du Ministère des affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 31/05/2005 - page 1530

La cinémathèque Afrique constitue un outil essentiel de coopération dans le domaine de l'audiovisuel avec le continent africain, auquel le ministère des affaires étrangères est très attaché. Elle permet, notamment, la consultation sur place et la diffusion d'une grande partie du patrimoine cinématographique africain qui, sans elle, serait aujourd'hui introuvable. Elle dispose d'un fonds de 1200 films, documentaires et animations concernant l'Afrique, des années soixante à nos jours : 500 sont à la disposition des organismes, établissements, institutions à vocation culturelle, sociale ou éducative, des centres culturels, des instituts français et des festivals de cinéma pour des projections non commerciales, et 700 sont archivés et font l'objet de conditions particulières. En 2003, par exemple, la cinémathèque Afrique a prêté plus de 2000 copies (59 % de fictions, 33 % de documentaires et 8 % d'animations) à des associations et ONG (35 %), des établissements scolaires (20 %), des municipalités (18 %), des festivals en France et à l'étranger (18 %) et au réseau des établissements culturels (10 %). Sa gestion incombe depuis 1999 à l'Association pour la diffusion de la pensée française (ADPF), créée par le ministère des affaires étrangères en 1945. Cet opérateur assure, entre autres, la mise à jour du catalogue de films, la négociation des droits d'exploitation, la réalisation de copies, la gestion des emprunts. Une réflexion sur l'avenir de la cinémathèque Afrique a été engagée par le ministère dans le cadre d'une refonte et d'une relance globales de sa coopération. Constat a été fait que les principaux utilisateurs du fonds étaient essentiellement français, ce qui ne correspond pas prioritairement aux missions du ministère des affaires étrangères, et que les locaux actuels n'étaient plus adaptés à la consultation sur place et ne donnaient pas à la cinémathèque une visibilité suffisante. C'est pourquoi, lors de la réunion du conseil d'administration de l'ADPF le 19 janvier dernier, son transfert a été confirmé dans une structure où elle serait davantage mise en valeur. Le choix s'est arrêté sur le musée du quai Branly qui, non seulement, de par sa vocation première, la rendra accessible à un public plus vaste mais aussi, de par ses structures et son équipement modernes, facilitera la consultation sur place et le travail de recherche. Ce faisant, le ministère des affaires étrangères ne se désintéresse pas de l'avenir de cet outil de travail incomparable. Il entend le maximiser en contribuant à la pérennité du patrimoine cinématographique africain. C'est ainsi qu'il a lancé un grand projet de « préservation des patrimoines audiovisuels et promotion de la diversité culturelle » qui devrait permettre de débloquer, entre autres, une enveloppe destinée à la numérisation du fonds de la cinémathèque Afrique. Numérisés, ces films, documentaires et animations pourront être conservés plus facilement et seront préservés. Cette numérisation devrait s'accompagner de la remise de copies à des institutions spécialisées ou des opérateurs africains afin qu'ils en assurent la diffusion locale.