Allez au contenu, Allez à la navigation

Institut français de Copenhague

12 ème législature

Question écrite n° 17899 de M. Jean-Pierre Cantegrit (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 09/06/2005 - page 1614

M. Jean-Pierre Cantegrit appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur le devenir de l'Institut français de Copenhague. Au cours d'une récente mission qu'il a effectué au Danemark, plusieurs de nos compatriotes résidant dans ce pays ainsi que le personnel de l'Institut français lui ont fait part de leurs inquiétudes quant à l'avenir et au maintien de cet établissement pourtant fort apprécié par les Danois, notamment pour la qualité de la culture et de la langue françaises dont il assure la diffusion. Alors que l'institut français de Copenhague présente une fréquentation importante tant de la part de francophones que de non-francophones vivant au Danemark, que les cours de français sont très suivis, il semble que les difficultés rencontrées par cet Institut et les craintes qui en découlent soient liées à des problèmes financiers, l'Etat français se désengageant progressivement, qu'il s'agisse du loyer des locaux qui est très coûteux, des rémunérations ou de la protection sociale du personnel. Le bien-fondé et l'utilité des instituts culturels français sont indéniables à l'époque où l'on constate une prédominance de plus en plus grande de l'anglais en particulier dans les pays de l'Union européenne ; il nous faut donc juguler ce recul, en particulier au Danemark. Aussi lui demande-t-il quelles mesures appropriées - y compris financières - il compte prendre pour assurer l'avenir et le maintien de l'Institut français de Copenhague, et apaiser les craintes non seulement de son personnel mais également de l'ensemble de notre communauté française résidant dans ce pays.



Réponse du Ministère des affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 20/10/2005 - page 2711

Il y a un peu plus d'un an maintenant, l'Institut français de Copenhague a fait l'objet d'un projet global de modernisation. Les anciens locaux - propriété de l'Etat français - vétustes, surdimensionnés et situés dans un quartier résidentiel du nord de Copenhague, ont été vendus et l'institut a été relocalisé en centre ville sur la rue piétonne la plus commerçante de la capitale danoise. L'institut occupe le premier et le deuxième étage d'un immeuble classé situé en face du service consulaire et très proche de l'ambassade de France. Une campagne de communication intense (affiches sur les bus et les abribus de Copenhague, carte de voeux, affichettes...) a permis d'améliorer considérablement la visibilité de l'établissement, les résultats du service des cours et la fréquentation de la médiathèque. La charge locative entraîne une augmentation sensible du budget de fonctionnement de l'établissement. Le ministère des affaires étrangères a accordé une subvention exceptionnelle à l'Institut français de Copenhague pour faire face à cette nouvelle charge ainsi qu'aux frais de déménagement et d'emménagement. L'aménagement de la médiathèque a également bénéficié d'un appui financier. Un plan d'action a été proposé par la directrice précédente avec pour objectifs d'améliorer la rentabilité des cours par la recherche de nouveaux publics (augmentation du nombre des cours de français sur objectifs spécifiques et des cours en entreprises) et de développer la dimension de la médiathèque comme centre de ressources documentaires sur la France et les sociétés francophones contemporaines. Le ministère des affaires étrangères, malgré le contexte de restrictions financières, continuera de soutenir les efforts déjà entrepris par l'Institut français de Copenhague, afin de montrer l'intérêt que nous portons à nos partenaires danois et à nos compatriotes expatriés dans ce pays, mais aussi le souci que nous avons de préserver les relations culturelles associant la France et le Danemark.