Allez au contenu, Allez à la navigation

Efforts demandés aux salariés et aux dirigeants dans l'entreprise

12 ème législature

Question écrite n° 17942 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 09/06/2005 - page 1623

M. Marcel Vidal attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie à propos des conditions financières généreuses dont a bénéficié le P-DG de Carrefour pour son départ de l'entreprise, En effet, évincé début février pour avoir échoué dans le redressement des performances de l'entreprise, l'ancien P-DG a pris congé avec l'assurance d'un pactole frôlant les 40 millions d'euros. Face à l'émotion ressentie par l'opinion publique, le Gouvernement a annoncé qu'il légiférerait dans le cadre du projet de loi sur la modernisation de l'économie, afin que les indemnités de départ des dirigeants soient soumises au vote des actionnaires pour satisfaire au principe de transparence tant apprécié dans les moments de polémique. Cependant, la polémique n'est-elle pas plus complexe qu'elle n'y paraît ? Cette proposition de soumettre aux assemblées générales les revenus exceptionnels suffira-t-elle à faire cesser les controverses sur le sujet, notamment liées aux rémunérations extravagantes de dirigeants d'entreprises quittant celle-ci avant un rachat ou parfois même une faillite. Survenu à un moment où les salariés de l'entreprise concernée se battent pour obtenir une augmentation de leur pouvoir d'achat, que le Gouvernement oeuvre pour la nécessaire rigueur budgétaire en demandant aux Fançais de faire des efforts pour financer leur retraite, ou encore de travailler pour une journée de solidarité, il souhaiterait savoir si le Gouvernement a l'intention d'adopter des mesures autres qu'un amendement défendant la transparence, afin que les efforts demandés aux uns trouvent un début de légitimité dans le respect et l'application d'une certaine rigueur par d'autres.



La question a été retirée pour cause de décès.