Allez au contenu, Allez à la navigation

Politique budgétaire en faveur des orgues

12 ème législature

Question écrite n° 18160 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 16/06/2005 - page 1660

M. Marcel Vidal attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication à propos de la politique budgétaire en faveur de la restauration et de la création des orgues en France. Qu'il s'agisse d'instruments classés monuments historiques ou non classés, il souhaiterait connaître l'évolution des crédits affectés par le ministère durant la période 2000-2005, mais également les perspectives budgétaires pour les exercices à venir.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 25/08/2005 - page 2179

Le ministre de la culture et de la communication entend rassurer l'honorable parlementaire sur la continuité de la politique globale de l'Etat en faveur des orgues, notamment par les moyens budgétaires accordés à la direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles. C'est ainsi qu'au cours des six derniers exercices budgétaires, de 2000 à 2005, une somme totale de 1 680 000 euros a été mise en place pour la création et la restauration d'orgues n'appartenant pas à l'État. Une somme globale de 1 460 000 euros a également été utilisée pour les orgues de cathédrales appartenant à l'Etat, qu'il s'agisse de créations (Evreux, Saint-Dié) ou de travaux de reconstruction ou d'amélioration (Quimper, Chartres, Notre-Dame de Paris, le grand orgue du conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris), soit un total atteignant les 3,140 millions d'euros au titre de l'investissement. Dans le cadre de son soutien à un métier d'art, le ministre demeure très attentif à toute action de création et il réaffirme sa volonté de poursuivre sa politique de créations d'orgues neuves en parfaite complémentarité avec la politique de protection et de conservation du patrimoine organistique conduite par la direction de l'architecture et du patrimoine.