Allez au contenu, Allez à la navigation

Aménagement des échangeurs A 75/A 750

12e législature

Question écrite n° 18620 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 07/07/2005 - page 1807

Rappelle la question 14078

M. Marcel Vidal rappelle à M. le ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer les termes de la question écrite n° 14078 du 14 octobre 2004 restée à ce jour sans réponse, concernant l'aménagement des échangeurs A 75/A 750.



Réponse du Ministère des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer

publiée dans le JO Sénat du 05/01/2006 - page 26

Clermont-l'Hérault est desservi directement à partir de l'autoroute A 75 et de la RN 109, future A 750, par deux échangeurs distants de cinq kilomètres, ceux de Tannes-Basses sur l'autoroute A 75, à l'intersection avec la RD 2, et celui de Saint-Félix-de-Rodez, à l'intersection avec la RN 109. Dans ces conditions, la création d'un nouvel échangeur, non prévu à la déclaration d'utilité publique, n'apporterait pas de gain réel en terme d'accessibilité, mais en revanche dégraderait la qualité de service de l'autoroute A 75, en raison de l'interdistance très faible entre ces échanges. L'autoroute A 75 assure tout au long de l'itinéraire, et dans l'Hérault en particulier, où elle compte seize points d'échange prévus sur un linéaire de quatre-vingt-quatre kilomètres, un maillage serré avec le réseau local. Il convient, par ailleurs, de remarquer que le nombre d'échangeurs sur l'autoroute A 75 est en moyenne déjà sensiblement plus élevé que celui constaté sur les autres autoroutes de même nature. En augmenter la fréquence contribuerait à nuire à la fonction principale d'une autoroute de liaison qui, tout en irriguant le territoire, doit prioritairement assurer l'écoulement du trafic de transit dans les meilleures conditions de sécurité et de fluidité.