Allez au contenu, Allez à la navigation

Difficultés de recrutement d'infirmiers par les établissements publics autonomes

12e législature

Question écrite n° 18736 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 14/07/2005 - page 1882

M. Marcel Vidal attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur les difficultés que rencontrent les établissements publics autonomes lorsqu'il s'agit de concilier les besoins en personnel et les exigences réglementaires. En effet, il semblerait que ces structures peinent à recruter du personnel, notamment des infirmiers. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer quels moyens peuvent être mis en place pour faciliter les recrutements effectués par ces établissements.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 13/10/2005 - page 2660

Pour faire face aux tensions sur l'emploi infirmier, le quota d'entrée dans les instituts de formations en soins infirmiers (IFSI) a été régulièrement augmenté : de 1 000 places en 1998, de 1 200 places en 1999 et de 8 000 places en 2000, portant le nombre d'étudiants entrant en formation à 26 436. Ce nombre a été maintenu en 2001 et 2002. Le Gouvernement a décidé d'amplifier cet effort de formation de personnels infirmiers en portant le nombre de places offertes au concours pour les années 2003 et 2004 à 30 000. Ce niveau est maintenu pour le concours de la rentrée de septembre 2005. Parallèlement, pour améliorer les efforts de promotion professionnelle, le nombre de places qui peuvent être réservées aux personnels aides-soignants et auxiliaires de puériculture est passé en 2003 de 15 à 20 %. En ce qui concerne les aides-soignants, en 2002, il a été décidé de porter le nombre d'élèves aides-soignants en formation à 20 000, ce qui correspond à une augmentation de 50 % des capacités d'accueil. Pour accentuer l'attractivité de cette profession, le protocole du 14 mars 2001, qui a revalorisé les statuts des personnels de la fonction publique hospitalière, a permis des gains indiciaires importants et des améliorations notables dans les déroulements de carrière des personnels soignants non médicaux.