Allez au contenu, Allez à la navigation

Renforcement du rôle des conseillers d'orientation dans les établissements scolaires

12 ème législature

Question écrite n° 19423 de M. Roger Karoutchi (Hauts-de-Seine - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 22/09/2005 - page 2386

M. Roger Karoutchi interroge M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la nécessité de renforcer le rôle des conseillers d'orientation dans les établissements scolaires.

Les Conseillers d'orientation-psycholgues (COP) doivent -entre autres- dans le cadre des fonctions résultant du décret n° 91-291 du 20 mars 1991, « contribuer à la mise en œuvre de la réussite scolaire des élèves ». Ces conseillers jouent un rôle primordial dans l'orientation des jeunes. Pourtant, il apparaît dans les faits qu'aussi bien les collégiens que les lycéens sont trop peu ou mal informés par ces psychologues partagés entre leur travail au CIO et au sein des établissements scolaires. Le plus souvent, leur implication s'accentue à la fin de chaque cursus scolaire (brevet, baccalauréat…) alors que des projets d'orientation professionnelle construits sur le long terme permettraient d'éviter de nombreuses réorientations chez des élèves désemparés par le système éducatif et hésitants sur la suite à donner à leurs études.

Au-delà du rôle d'informateur qui incombe aux COP, la nécessité se fait jour de revaloriser leur mission de conseil. Il lui demande donc s'il ne pourrait pas être suggéré aux inspecteurs d'académie, leurs véritables supérieurs hiérarchiques, de renforcer cette mission en programmant chaque année des entretiens obligatoires individuels ou en petit nombre, avec les élèves, dans le seul but d'anticiper et valider un véritable projet professionnel.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 12/01/2006 - page 89

A la fois spécialistes du conseil individuel en orientation et, dans les lycées et les collèges, conseillers techniques de l'équipe éducative, les conseillers d'orientation-psychologues interviennent directement auprès des jeunes, au CIO et dans les établissements du second degré et de l'enseignement supérieur. Leur activité, qui comprend également une part importante d'information sur les études, les formations professionnelles, les qualifications et les professions, s'appuyant notamment sur les publications de l'office national d'information sur les enseignements et les professions (ONISEP), s'exerce à la fois à travers des entretiens individuels et des actions collectives devant des groupes d'élèves. En 2003-2004, année de la dernière enquête statistique disponible, les quelque 3 800 CO-P ont ainsi pris en charge 1 700 000 jeunes scolaires ou étudiants tous niveaux confondus, soit 22 % des effectifs totaux. Ils leur ont fait bénéficier notamment de 2 800 000 entretiens de conseil ou bilans individuels approfondis. Au lycée d'enseignement général et technologique, la proportion de prise en charge dépasse le tiers des effectifs, alors qu'elle atteint un quart des effectifs au lycée professionnel et au collège. Dans le cadre des dispositions de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école, l'effort pour contribuer à atteindre l'objectif central de réussite de tous les élèves et faire en sorte que l'orientation soit véritablement un processus continu engagé pour les élèves dès la 6e sera renforcé tout au long de la scolarité. L'action pédagogique, des CO-P notamment, valorisera les parcours d'alternance et l'enseignement de découverte professionnelle en troisième. Par ailleurs, un entretien pourra être proposé à tous les élèves atteignant l'âge de quinze ans dans l'année scolaire.