Allez au contenu, Allez à la navigation

Formation des orthophonistes

12 ème législature

Question écrite n° 20585 de M. Bernard Murat (Corrèze - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 24/11/2005 - page 3037

M. Bernard Murat attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur les réflexions menées quant aux modalités d'intégration des formations de santé dans le schéma LMD et sur ses conséquences sur la structure, le contenu et les débouchés de la formation des orthophonistes. En effet, il semble qu'une ordonnance prochaine actera la création d'un diplôme d'Etat en orthophonie. Cette perspective inquiète les orthophonistes qui redoutent une perte de la reconnaissance universitaire de leur diplôme et une restriction de l'accès à la recherche, ainsi qu'une dévalorisation de ce diplôme au niveau européen. Il lui demande donc de lui préciser ses intentions afin de rassurer les orthophonistes sur leur devenir.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 24/08/2006 - page 2230

La compétence des professionnels de santé est une préoccupation constante du Gouvernement. Les orthophonistes aujourd'hui se voient délivrer un certificat de capacité en orthophonie (CCO) par les universités au terme d'un cursus de 1 640 heures d'enseignement théorique et de 1 200 heures de stages, soit au total 2 840 heures. Le ministère de la santé reconnaît ce CCO qui ouvre ainsi droit à exercer. Conformément au processus de Bologne, les Etats membres de l'Union européenne ont pris l'engagement de mettre en place, d'ici à 2010, une architecture commune des formations d'enseignement supérieur, afin de faire converger les systèmes nationaux vers un système commun reposant sur trois niveaux de formation : la licence, le master et le doctorat - ou LMD. Le Gouvernement souhaite valoriser comme il convient l'exercice professionnel de l'orthophonie, ce qui implique non seulement de ne pas diminuer la durée des études des orthophonistes, mais bien au contraire d'ouvrir à ceux-ci des grades universitaires - dont le master - qui ne leur sont pas accessibles aujourd'hui. Il s'agit donc de mettre en cohérence une formation professionnalisante liée au coeur du métier et une validation de la formation universitaire accomplie dans le nouveau cadre du LMD. Menée conjointement par le ministère de la santé et des solidarités et par le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, une réflexion se poursuit au sein de groupes de travail. En ce qui concerne les orthophonistes, deux réunions ont déjà eu lieu, en novembre 2005 et en février 2006. Le ministère de la santé, responsable de la qualité des soins et de la compétence des professionnels de santé définira avec le ministère chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche ainsi qu'avec le concours des orthophonistes, le contenu exact du cahier des charges de la formation permettant l'exercice professionnel. Il appartient aux universités et à leurs instances, selon leurs règles propres, de proposer à l'habilitation, dans le cadre du LMD, les parcours de formation conformes au cahier des charges.