Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir du système de soins de proximité et de la médecine générale en Bretagne

12e législature

Question écrite n° 20729 de M. François Marc (Finistère - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 08/12/2005 - page 3147

M. François Marc attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur l'avenir du système de soin de proximité et de la médecine générale en Bretagne. La tendance démographique sur le territoire révèle un vieillissement des généralistes libéraux bretons : près de 46% ont plus de 50 ans. L'analyse de la répartition des installations de jeunes médecins généralistes en Bretagne montre par ailleurs de fortes disparités intra-régionales laissant prévoir un déficit des plus handicapants pour les années à venir.
En effet pour des raisons notamment d'organisation du travail, les jeunes médecins généralistes (dont les effectifs baissent également) préfèrent l'activité salariée à l'installation libérale.
La question est donc de savoir comment le système de santé va pouvoir remplacer les 1390 médecins généralistes bretons de plus de 50 ans (606 ont plus de 55 ans) qui vont partir à la retraite d'ici 2010. Dans l'optique d'un remplacement partiel, des solutions alternatives vont devoir être mises en place pour pallier les conséquences prévisibles en termes de qualité de l'offre de soin de proximité, de ces départs non remplacés.
Le contexte peu favorable à la reconnaissance de la médecine générale peut expliquer cette baisse considérable de l'attractivité de la filière générale et le déficit à attendre. L'avenir de la médecine générale peut donc passer par la revalorisation de son statut et par une vraie reconnaissance universitaire de la discipline. On ne peut toutefois dissocier la question du système médical de celle de la désertification médicale dans certaines zones de Bretagne, et plus généralement des questions d'aménagement du territoire.
Il lui demande en conséquence de lui faire savoir quelles actions le gouvernement compte mette en œuvre pour anticiper la crise annoncée du système de soin de proximité.



La question est caduque