Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche liée à la production des noix

13e législature

Question écrite n° 03553 de M. Georges Mouly (Corrèze - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 28/02/2008 - page 363

M. Georges Mouly attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur l'émotion, suscitée dans le grand sud-ouest en général, et dans le Limousin en particulier, par l'annonce du désengagement de l'Institut national de la recherche agricole (INRA) dans le domaine de la noix, particulièrement pour les travaux menés par le centre de Bordeaux sur l'innovation variétale qui, selon les responsables de cette filière, compromet son avenir. Il le remercie en conséquence de bien vouloir lui préciser de quelle manière la recherche publique va désormais contribuer à aider la filière noix.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 20/03/2008 - page 542

L'honorable parlementaire s'inquiète d'un éventuel désengagement de l'Institut national de la recherche agronomique des travaux sur l'innovation variétale de la noix menés par le centre de Bordeaux. Les recherches conduites par l'INRA concernent aussi bien les noyers à fruit que les noyers à bois ou à double fin (bois et fruit). Elles portent, d'une part, sur la conservation des ressources génétiques et l'amélioration génétique, et d'autre part, sur l'écophysiologie du noyer, sur certaines maladies, sur la conduite des plantations à des fins de production fruitière ou dans le cadre des systèmes agroforestiers (domaines importants dans une perspective de changement climatique) et sur la qualité du bois. L'enjeu économique que représente la production de noix, et l'expertise de l'INRA en matière d'innovation variétale de cette espèce justifient le maintien d'un investissement en recherche et développement. Ces recherches devront toutefois s'inscrire dans une stratégie de gestion et d'exploitation de la diversité génétique pour une double finalité fruitière et forestière. Il apparaît également souhaitable que la profession contribue aux phases d'évaluation et de tri du matériel proposé par l'INRA, selon des modalités similaires à ce qui se pratique avec d'autres professions dont l'INRA accueille les ingénieurs et personnels techniques dans des plate-formes dites de transfert et d'innovation technique.