Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation au Tibet

13e législature

Question écrite n° 03812 de M. Marcel Rainaud (Aude - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 27/03/2008 - page 597

M. Marcel Rainaud attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur l'action du Gouvernement face à la répression chinoise au Tibet.

Aux inacceptables atteintes quotidiennes aux Droits de l'Homme portées par l'autorité chinoise s'ajoute depuis quelques jours, une répression intolérable, dont la violence s'accentue.

Une telle situation appelle une réaction ferme de la part de notre pays, mais aussi de la Communauté européenne.

Il lui demande donc de préciser les actions qu'il entend engager, afin que la France et l'Europe expriment clairement et fermement, leur indignation face à l'attitude des autorités chinoises à l'égard du peuple tibétain.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 26/06/2008 - page 1276

M. Marcel Rainaud a bien voulu attirer l'attention du ministre des affaires étrangères et européennes sur les événements qui se sont déroulés au Tibet. Comme vous le savez, le ministre des affaires étrangères et européennes a exprimé publiquement sa préoccupation dès le 16 mars. La France et ses partenaires européens ont pris position dès le 17 mars dans une déclaration commune. La France demeure vigilante sur la question des droits de l'homme en Chine et particulièrement au Tibet. Un émissaire du Président chinois, M. Zhao Jinjun, a été reçu par le Président de la République et par le ministre, qui a eu plusieurs entretiens avec son homologue chinois. Le ministre des affaires étrangères et européennes et la secrétaire d'État chargée des affaires étrangères et des droits de l'homme ont rencontré les représentants du Dalaï Lama, ainsi que des représentants d'ONG militant pour la défense des droits de l'homme en Chine. Le Gouvernement français considère que seul le dialogue permettra de parvenir à une situation durable dans le cadre de la République populaire de Chine. La reprise du dialogue entre les autorités chinoises et les représentants du Dalaï Lama le 4 mai dernier à Shenzhen (Chine du Sud) est une étape importante que nous soutenons pleinement. Les deux parties ont annoncé la poursuite de ce dialogue. La France espère des avancées concrètes et poursuivra ses contacts en ce sens. De manière plus générale, la situation des droits de l'homme est suivie avec la plus grande attention par la France ainsi que ses partenaires européens. Nous évoquons le sujet des droits de l'homme à titre bilatéral mais également dans le cadre du dialogue entre l'Union européenne et la Chine sur les droits de l'homme. La dernière session de ce dialogue biannuel a eu lieu le 14 mai en Slovénie, où la question de la situation au Tibet a été abordée.