Allez au contenu, Allez à la navigation

Jeux Olympiques et respect des droits de l'homme

13e législature

Question écrite n° 03833 de M. Marcel Rainaud (Aude - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 27/03/2008 - page 597

M. Marcel Rainaud appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la situation des droits de l'homme en Chine, ainsi que sur l'attitude inacceptable des autorités chinoises à l'égard du peuple tibétain.

La violence intolérable de la répression chinoise au Tibet, est une véritable provocation, à quelques semaines des Jeux Olympiques.

Cette manifestation sportive majeure, par sa résonnance mondiale, va attirer sur la Chine, les regards de milliards de téléspectateurs.

Une participation passive à ces jeux, serait considérée comme un cautionnement de l'attitude des autorités Chinoises.

Dans la conjoncture actuelle, ce rendez-vous sportif, est une opportunité majeure, de porter un message fort en faveur des droits humains.

Il lui demande de préciser les actions qu'il entend mettre en œuvre, avec les fédérations sportives françaises, pour qu'elles soient porteuses d'un tel message, tout au long de Jeux Olympiques, qui ne seront fidèles aux valeurs de l'Olympisme, que s'ils permettent l'expression forte de l'impérieuse nécessité du respect des droits humains, et notamment au sein du pays organisateur.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 10/07/2008 - page 1399

M. Marcel Rainaud a bien voulu attirer l'attention du ministre des affaires étrangères et européennes sur la situation des droits de l'homme en Chine et particulièrement au Tibet. La France suit avec attention l'évolution des événements au Tibet et est sensible à la question du respect de l'identité culturelle et religieuse tibétaine. Le ministre des affaires étrangères et européennes a exprimé publiquement sa préoccupation devant les événements au Tibet dès le 16 mars. La France et ses partenaires européens ont pris position dès le 17 mars dans une déclaration commune. La France considère en effet que le dialogue est le seul moyen de parvenir à une solution durable qui prenne en compte le particularisme culturel et religieux du peuple tibétain tout en respectant la souveraineté de la République populaire de Chine. Les autorités chinoises et les représentants du Dalaï Lama ont décidé de renouer le dialogue et se sont rencontrés le 4 mai à Shenzhen, dans le sud de la Chine. Il s'agit là d'un développement très positif que le Président de la République avait immédiatement salué. Les autorités françaises ont abordé à plusieurs reprises le sujet avec les responsables chinois ces trois derniers mois. Les responsables de la Commission européenne en ont fait de même. Par ailleurs, l'Union européenne entretient un dialogue biannuel sur les droits de l'homme avec la Chine. La dernière session a eu lieu le 15 mai en Slovénie, la question du Tibet y a été abordée. La France ainsi que ses partenaires européens est opposée au boycott des Jeux olympiques, considérés comme un grand événement sportif international. Le Dalaï Lama lui-même a réitéré son soutien aux Jeux olympiques de Pékin. Concernant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin, le Président de la République appréciera ce qu'il convient de faire en fonction de l'évolution de la situation.