Allez au contenu, Allez à la navigation

Exonération de la redevance audiovisuelle

13e législature

Question écrite n° 03878 de M. Marcel Rainaud (Aude - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 03/04/2008 - page 644

M. Marcel Rainaud attire l'attention de M. le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique sur les conséquences de la suppression de l'exonération de la redevance audiovisuelle dont bénéficient jusqu'à présent les personnes âgées les plus démunies.

Pour ces dernières, qui sont souvent confrontées à des situations d'isolement, la télévision constitue le dernier lien qui les rattache à la société dans laquelle elles vivent.

La télévision est pour elles le seul accès à l'information, et à la culture.

La suppression de ces exonérations, entraînera donc pour certaines d'entre elles, la suppression de l'accès à cet outil de socialisation.

Pour toutes, les personnes âgées, dont les ressources sont faibles, cette suppression constitue une ponction intolérable sur leurs revenus et une atteinte inacceptable à leur pouvoir d'achat par ailleurs déjà largement mis à mal.

Il lui demande de préciser les mesures qu'il entend mettre en œuvre afin d'assurer le maintien de ces exonérations pour les personnes âgées les plus démunies.

Transmise au Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi



Réponse du Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi

publiée dans le JO Sénat du 21/08/2008 - page 1655

L'article 41 de la loi de finances pour 2005 (n° 2004-1484 du 30 décembre 2004), a simplifié le mode de perception de la redevance audiovisuelle en l'adossant à la taxe d'habitation pour les personnes physiques redevables de cette taxe. Corrélativement, les allégements de la redevance audiovisuelle ont été alignés sur ceux de la taxe d'habitation et effectués par voie de dégrèvement pris en charge par l'État. Cet alignement a eu pour conséquence d'exclure notamment du régime du dégrèvement de la redevance audiovisuelle les personnes âgées de plus de 65 ans au 1er janvier 2004, non imposables à l'impôt sur le revenu dont le revenu fiscal de référence est supérieur à la limite prévue au I du l'article 1417 du code général des impôts. Toutefois, un mécanisme de maintien des droits acquis a été institué pour les années 2005 à 2007. Ainsi, les personnes âgées de plus de 65 ans au 1er janvier 2004 exonérées de la redevance audiovisuelle au 31 décembre 2004 en application du A de l'article 37 de la loi de finances pour 2004 (n° 2003-1311 du 30 décembre 2003) ont bénéficié d'un dégrèvement de la redevance audiovisuelle au titre de l'année 2005. Pour les années 2006 et 2007, le bénéfice de ce dégrèvement a été maintenu lorsque ces personnes n'étaient pas imposables à l'impôt sur le revenu pour les revenus perçus au titre de l'année précédant celle au cours de laquelle la redevance est due, qu'elles n'étaient pas passibles de l'impôt de solidarité sur la fortune au titre de la même année et qu'enfin, elles respectaient la condition de cohabitation prévue à l'article 1390 dudit code. L'article 8 de la loi pour le pouvoir d'achat (n° 2008-111 du 8 février 2008) maintient, pour l'année 2008, le dégrèvement de la redevance audiovisuelle sous les mêmes conditions. Il prévoit en outre que le Gouvernement remettra au Parlement un rapport avant le 15 octobre 2008, sur la mise en oeuvre du dispositif de maintien des exonérations de redevance audiovisuelle pour les personnes qui en bénéficiaient avant la loi de finances pour 2005. Ces précisions répondent aux préoccupations exprimées.