Allez au contenu, Allez à la navigation

Réforme du lycée et enseignement de l'histoire-géographie

13e législature

Question écrite n° 06698 de M. Michel Mercier (Rhône - UC)

publiée dans le JO Sénat du 18/12/2008 - page 2524

M. Michel Mercier souhaite rappeler l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la réforme du lycée qui vient d'être engagée. Face aux inquiétudes légitimes que suscite cette réforme, notamment dans la réorganisation des programmes d'histoire et géographie, qui deviendraient des disciplines simplement optionnelles, il lui demande de prendre des dispositions afin que l'enseignement de ces matières ne soit pas remis en cause.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 07/05/2009 - page 1145

Dans sa déclaration du 15 décembre 2008, le ministre de l'éducation nationale a fait part de sa décision de surseoir à la mise en oeuvre de la réforme du lycée d'enseignement général et technologique, initialement prévue en classe de seconde à la rentrée 2009. Ce report répond à la volonté de laisser plus de temps pour discuter du contenu d'une réforme dont le caractère nécessaire est très largement admis. Dans une lettre de mission du 12 janvier 2009, le ministre de l'éducation nationale a confié à Richard Descoings, directeur de l'Institut d'études politiques de Paris, le soin d'approfondir la concertation sur la réforme du lycée. Il s'agit, à l'issue de consultations avec toutes les parties prenantes du système éducatif (lycéens, enseignants, familles, société civile), de tracer les grandes lignes d'une évolution de l'organisation du lycée qui permette de répondre aux besoins des élèves et de promouvoir les conditions d'une réelle équité sociale dans l'accès aux études supérieures. Dans la lettre de mission, les grands axes autour desquels la réflexion devra s'articuler ont été précisés : renforcer l'accompagnement des élèves en difficulté tout au long de la scolarité du lycée et réduire les redoublements, particulièrement en classe de seconde ; rééquilibrer la voie technologique par rapport à la voie générale et, à l'intérieur de la voie générale, les dominantes correspondant aux actuelles séries S, ES et L ; mieux préparer les élèves à la poursuite d'études dans l'enseignement supérieur, en termes aussi bien de méthodes de travail que d'orientation ; donner place et reconnaissance à la responsabilité et à l'engagement des lycéens dans la vie de leur établissement et dans l'organisation de leurs études. Richard Descoings doit remettre son rapport en mai 2009, de manière que la réforme puisse être mise en place dans de bonnes conditions à compter de la rentrée 2010. C'est dans ce cadre que sera traitée la question de la place de l'histoire-géographie dans l'enseignement du lycée.