Allez au contenu, Allez à la navigation

Défense des spectacles vivants

13e législature

Question écrite n° 06910 de M. Philippe Madrelle (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 25/12/2008 - page 2579

M. Philippe Madrelle appelle l'attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur l'inquiétude des organisateurs de spectacles vivants quant à la réglementation des conditions de la participation des amateurs dans le spectacle vivant. Ces artistes amateurs seraient soumis au code du travail et devraient donc percevoir une rémunération. L'intervention d'une telle réglementation aurait pour conséquence de mettre un terme au bénévolat et ferait disparaître de nombreux spectacles et festivals populaires qui font la richesse culturelle de notre pays. La rémunération obligatoire des bénévoles mettra un coup d'arrêt à l'organisation de tels spectacles. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui préciser ce qu'elle envisage afin d'assurer la nécessaire pérennité de l'organisation de tels festivals.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 04/06/2009 - page 1387

Aucun projet de loi relatif aux conditions d'intervention des artistes amateurs à l'occasion des représentations musicales, chorégraphiques ou théâtrales n'est en cours de préparation. En tout état de cause, l'élaboration de tout texte normatif intervenant en ce domaine donnerait préalablement lieu à une concertation approfondie avec les parlementaires et les élus territoriaux. Toutefois, la situation d'insécurité juridique dans laquelle se trouvent actuellement placées les initiatives locales organisées dans un cadre lucratif, particulièrement au regard du code du travail et de la présomption de salariat qu'institue son article L. 7121-3, n'est pas satisfaisante. En effet, le juge judiciaire, à la demande des corps de contrôle habilités de l'URSSAF et de l'inspection du travail, a régulièrement reconnu, à l'occasion de divers contentieux récents, l'existence d'un lien de subordination entre l'organisateur de spectacle et l'amateur, caractérisant la présence d'un contrat de travail. Il a, en conséquence, ordonné le versement des salaires, charges sociales et dommages et intérêts correspondant aux prestations fournies et au préjudice subi par l'artiste non déclaré. Il est donc souhaitable, afin de défendre la vitalité du spectacle vivant sur tout le territoire et d'encourager les multiples initiatives qui se développent au plus près du public et des traditions populaires, de poursuivre la réflexion entreprise par le ministère de la culture et de la communication depuis 2003, notamment dans le cadre du Conseil national des professions du spectacle dont sont membres de droit les présidents des commissions compétentes du Sénat et de l'Assemblée nationale et les présidents des associations représentant les élus des différents niveaux de collectivités territoriales. Bien entendu, la proposition, à l'issue de cette concertation, de mesures destinées à offrir un cadre juridique sécurisé aux organisateurs de spectacles ne saurait en aucun cas avoir pour objet ni pour effet d'entraver la pratique amateur des arts du spectacle, qui fait la force et la diversité de la création culturelle dans notre pays. À cet égard, la voie législative n'apparaît pas adaptée à la diversité des situations et ce sont donc des pistes alternatives, de nature contractuelle, qui seront explorées avec les collectivités territoriales, les professionnels et les artistes amateurs. En toute hypothèse, aucune décision ne sera prise en la matière tant qu'un véritable consensus entre toutes les parties n'aura pas été dégagé. Ces réflexions, qui ne concerne que les artistes rémunérés pour leurs interventions, ne visent en aucun cas les bénévoles contribuant aux spectacles ou festivals.