Allez au contenu, Allez à la navigation

Impact des mesures du Grenelle de l'environnement sur la formation initiale dans le bâtiment

13e législature

Question orale n° 0777S de M. Adrien Gouteyron (Haute-Loire - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 28/01/2010 - page 157

M. Adrien Gouteyron interroge Mme la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur l'impact des mesures du Grenelle de l'environnement sur la formation initiale dans le bâtiment.

Le secteur du bâtiment dispose de 73 diplômes du niveau V au niveau III, et accueille 200 000 jeunes en formation chaque année. Il sait s'adapter au contexte économique, à la demande et aux besoins des entreprises. C'est une formation vivante. Or, les métiers du bâtiment sont directement impactés par les mesures du Grenelle de l'environnement, votées par le Parlement.

Consciente de ces enjeux, la profession a d'ores et déjà mis en place des formations à destination des chefs d'entreprise et de leurs collaborateurs. Elle a noué des partenariats avec les universités afin de mettre en œuvre des licences professionnelles. Elle a en outre sollicité le ministère de l'éducation nationale et le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, afin de créer des diplômes (BTS et mentions complémentaires de niveau IV). Enfin, dans le cadre des commissions professionnelles consultatives, elle a demandé à ce que les diplômes du bâtiment soient revus afin d'intégrer, en tant que besoin, les problématiques liées à l'environnement et au développement durable.

Actuellement, des groupes ad hoc travaillent sur le projet de deux mentions complémentaires sur la révision des BTS bâtiment et travaux publics. Mais aucune réponse n'a été apportée à la demande de création de BTS spécifique. Certains référentiels sont relativement anciens et ne tiennent pas compte des évolutions techniques ni des contraintes liées au Grenelle de l'environnement.

Parallèlement à cette évolution des référentiels, il conviendrait de s'intéresser à la formation initiale et continue des professeurs afin qu'ils soient en mesure d'intégrer dans leur enseignement ces notions et de prendre en compte les besoins des entreprises. À l'occasion de sa présentation de la réforme du lycée, le président de la République a rappelé la nécessité que les professeurs soient en contact avec les entreprises, en y effectuant un stage par exemple.

Il lui demande quelles actions elle entend engager pour répondre aux besoins de la profession.



La question a été retirée