Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de la Thaïlande

13e législature

Question écrite n° 13648 de M. Marcel Rainaud (Aude - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 03/06/2010 - page 1362

M. Marcel Rainaud attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la situation intérieure en Thaïlande.

La population thaïlandaise est en effet confrontée à un contexte insurrectionnel sans précédent et à une montée de la violence particulièrement inquiétante.

Les réditions des leaders des chemises rouges, ainsi que les conditions dans lesquelles celles-ci sont intervenues, loin d'apaiser le climat, ont engendré une aggravation des tensions.

La France ne peut rester sans réagir face à une telle situation.

Il lui demande donc de préciser les actions qu'il envisage d'engager afin de faciliter un retour au calme en Thaïlande, tout en veillant à ce que celui-ci se produise dans des conditions de respect des droits de l'homme et de l'expression démocratique.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 26/08/2010 - page 2209

La France suit les évolutions politiques en Thaïlande avec une grande attention, en particulier s'agissant de la sécurité de ses ressortissants. Les divisions au sein de la société thaïlandaise, polarisée autour des adversaires et des partisans de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, se sont aggravées ces dernières années. En avril et mai 2010 à Bangkok, la dispersion des manifestants du mouvement des « chemises rouges », qui réclamaient la dissolution du Parlement et la démission du Premier ministre, M. Abhisit Vejjajiva, a coûté la vie à près de 90 personnes, en majorité des civils. Un accord avait pourtant été trouvé sur un plan de réconciliation nationale et la tenue d'élections anticipées en novembre 2010. La France a condamné les violences, notamment les tirs à balles réelles. Une commission chargée d'enquêter sur les violences a été mise en place par les autorités thaïlandaises au début du mois de juin 2010. À cet égard, lors de la 14e session du Conseil des droits de l'Homme, la France a encouragé le gouvernement thaïlandais à prendre toutes les mesures appropriées afin que des enquêtes impartiales et indépendantes soient menées sur les violations des droits de l'Homme qui auraient pu être commises à cette occasion, quels qu'en aient été les auteurs. Les relations étroites et confiantes qu'entretiennent la France et la Thaïlande nous permettent d'aborder sans détour tous les sujets. Le 21 juin dernier, le ministre des affaires étrangères et européennes a reçu son homologue thaïlandais, M. Kasit Piromya, et ensemble ils ont évoqué la situation en Thaïlande, en particulier s'agissant des perspectives de réconciliation nationale et les modalités des prochaines échéances électorales.