Allez au contenu, Allez à la navigation

Réforme du Pass-foncier

13e législature

Question écrite n° 15511 de M. Philippe Madrelle (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 14/10/2010 - page 2673

M. Philippe Madrelle appelle l'attention de M. le secrétaire d'État chargé du logement et de l'urbanisme sur les conséquences des mesures relatives à l'abaissement du plafond du Pass-foncier. Il lui rappelle que cette mesure s'ajoute à la diminution du doublement du prêt à taux zéro pour les logements neufs. Il souligne les efforts effectués par de nombreux ménages pour accéder à la propriété. La suppression d'un tel outil risque non seulement de décourager les ménages, mais également d'avoir des conséquences importantes sur l'activité économique de nombreux professionnels. De telles mesures vont à l'encontre d'une véritable politique d'accession à la propriété. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui préciser les mesures qu'il entend prendre afin de sauvegarder un dispositif essentiel dans le cadre de l'accession à la propriété.



Réponse du Secrétariat d'État chargé du logement

publiée dans le JO Sénat du 21/07/2011 - page 1935

Jusqu'au 31 décembre 2010, le Pass-foncier a été un dispositif de soutien aux ménages modestes désireux d'accéder à la propriété dans un logement neuf, qui a articulé des aides d'Action logement, ex. : « 1 % Logement », soit près d'un milliard d'euros de prêts à long terme, de l'État, avec la TVA à taux réduit et le prêt à 0 % majoré, et des collectivités locales, avec des aides financières déclenchant le projet d'accession. Dans le cadre du plan de relance, le président de la République a fixé un objectif de réalisation de 30 000 Pass-fonciers pour les deux années 2009-2010. Un dispositif de compensation partielle des aides délivrées par la collectivité territoriale a permis de réduire le coût moyen de cette aide, en général à 2 000 € par logement. Cette mesure de soutien, applicable dès 2009, a été prolongée en 2010 afin d'accompagner le dispositif sur toute sa durée d'existence. En permettant le portage du coût du terrain d'assiette du logement, remboursé après la construction du logement, le Pass-foncier, dispositif très solvabilisateur (l'avantage pouvait atteindre 60 000 € selon les zones), a suscité un réel engouement et le rythme élevé de la consommation des crédits d'Action logement jusqu'au début de l'année 2010 a reflété ce succès. Toutefois, en dépassant les prévisions de consommation initiales, certains collecteurs ont dû ralentir la distribution du Pass-foncier, provoquant dans certaines régions des situations de blocage sur des dossiers éligibles au dispositif. Cette situation étant préjudiciable aux ménages primo-accédants, comme au secteur de la construction, le Gouvernement, en accord avec Action logement, a décidé de créer les conditions d'une sortie progressive du dispositif afin de permettre au plus grand nombre de ménages de profiter de la mesure : à compter du 29 juillet 2010, le montant du Pass-foncier a donc été uniformément diminué de 20 000 €. Les collecteurs ont dès lors été en mesure de satisfaire un plus grand nombre de demandes. Le dispositif, dans son ensemble, est toutefois resté très solvabilisateur puisque les ménages bénéficiaient toujours du prêt à 0 %, de la TVA à taux réduit et de l'aide des collectivités locales. Ce sont ainsi plus de 27 000 Pass-fonciers qui auront été réalisés sur la période 2009-2010 selon le dernier bilan d'Action logement, soit près de 90 % de l'objectif initial, tout en respectant l'enveloppe financière prévue à cette fin. Une évaluation du dispositif viendra prochainement décliner ces résultats au niveau territorial. C'est de surcroît ce dispositif et sa logique de prêt à remboursement différé qui constituent un des fondements du prêt à taux zéro plus (PTZ+), le nouveau dispositif d'aide à l'accession qui a été mis en place à compter du 1er janvier 2011. Ce nouvel outil, qui répond à des objectifs de simplification du nombre d'aides existantes, de renforcement de l'efficacité des aides et d'une meilleure intégration des aides à la politique du logement, contribuera à la poursuite et à la relance de la politique de l'accession à la propriété, soutenue par la mobilisation des professionnels, des collectivités et des ménages.