Allez au contenu, Allez à la navigation

Publicité et alimentation des jeunes enfants

13e législature

Question écrite n° 15619 de M. Philippe Madrelle (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 21/10/2010 - page 2724

M. Philippe Madrelle appelle l'attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur l'impact de la publicité télévisée sur les enfants. Il lui rappelle que, suite à l'enquête annuelle de « l'UFC-Que Choisir », on retient que, sur 1 039 publicités analysées, 87 % des spots vantent des produits alimentaires particulièrement sucrés ou gras (yaourts, crèmes dessert, céréales, glaces, confiserie, gâteaux). Un tel constat est en contradiction complète avec les recommandations du Programme national nutrition santé. En dépit des recommandations des autorités sanitaires, des parents d'élèves et des associations de consommateurs, les entreprises de l'agro-alimentaire exercent auprès des jeunes enfants un véritable harcèlement alimentaire. Pour les très jeunes enfants qui ne savent pas encore lire, les messages sanitaires n'ont aucune utilité ; pour les plus grands, l'accoutumance au bandeau, la petitesse des caractères, la vitesse de défilement réduisent leur rôle à néant. En conséquence, il lui demande si elle ne juge pas opportun de réglementer ces messages publicitaires au jeune public afin de sauvegarder tous les efforts effectués en faveur d'une alimentation plus sereine et plus équilibrée.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



La question est caduque