Allez au contenu, Allez à la navigation

Maintien des mesures de vigilance sanitaire liées à l'ESB

13 ème législature

Question écrite n° 17295 de M. Louis Pinton (Indre - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 24/02/2011 - page 438

M. Louis Pinton interroge M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur la justification du maintien des mesures exceptionnelles de vigilance sanitaire motivées par l'épizootie d'encéphalopathie spongiforme bovine. Une prophylaxie efficace et des mesures de contrôle ont été mises en place. Elles ont parfaitement fonctionné, et l'on peut considérer aujourd'hui que nous sommes revenus à une situation très satisfaisante de ce point de vue, c'est-à-dire celle d'avant le déclenchement de l'épidémie. Sur plus de 1 500 000 tests réalisés en France à l'abattoir en 2009, trois seulement se sont avérés positifs. L'épizootie est donc totalement jugulée. Or, les différentes mesures sont toujours en place et représentent un surcoût de 50 centimes d'euro par kilogramme de carcasse. Compte tenu du retour à la normale, il lui demande donc s'il ne serait pas opportun d'abroger un dispositif dont l'objectif a été atteint, et de faire en sorte que les 50 centimes d'euro par kilo ainsi libérés soient répercutés sur le prix de vente des carcasses. Cela contribuerait à soutenir les éleveurs, qui sont actuellement dans une situation difficile.



Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 24/03/2011 - page 713

La situation épidémiologique vis-à-vis des encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles (ESST) s'est améliorée ces dernières années grâce à l'efficacité des différentes mesures qui ont été mises en place. Associée à la surveillance du cheptel et à l'interdiction des farines animales, le retrait systématique des matériels à risque spécifiés (MRS) des chaînes alimentaires humaine et animale constitue la mesure de protection de la santé publique la plus importante. Enfin, en 2009, sur les 1 526 862 tests de dépistage de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) réalisés à l'abattoir, trois se sont révélés positifs, soit un taux de 0,000196 %. Cette amélioration a permis à la France, comme à plusieurs autres États membres, de pouvoir alléger son programme de surveillance à compter du 1er janvier 2009, conformément à une décision communautaire. La nouvelle feuille de route pour les ESST (période 2010-2015) a été adoptée par la Commission européenne le 16 juillet 2010. Les États membres sont invités depuis sa publication à se prononcer sur son application. La France est dans l'attente des résultats d'une expertise de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) pour asseoir son avis sur une base scientifique. Il est rappelé dans ce document de stratégie sur les ESST que le retrait des MRS demeure la mesure majeure de protection du consommateur, alors que les tests rapides réalisés concourent à la connaissance épidémiologique de ces maladies. La liste des MRS pourra néanmoins être adaptée en fonction de l'évolution des connaissances scientifiques. D'ores et déjà, la valorisation du sang de ruminants déclarés sains à l'issue de l'inspection « ante mortem » sera autorisée en alimentation animale à compter du 4 mars 2011. Par ailleurs, les autorités françaises, en s'appuyant notamment sur les avis de l'ANSES, ont sollicité à plusieurs reprises la Commission européenne sur la possibilité de modifier la liste des MRS, notamment certaines parties de l'intestin des bovins. D'un point de vue économique, la collecte et l'élimination des déchets, dont les MRS en boucherie, sont libéralisées depuis le 1er janvier 2006 (l'État a cependant apporté une aide exceptionnelle non reconductible de 500 € par raison sociale en 2007 pour l'élimination des colonnes vertébrales). Désormais, la prestation rendue par les équarrisseurs relève de contrats commerciaux privés. Il appartient donc à chaque boucher de négocier avec son opérateur les tarifs d'enlèvement. La libéralisation des déchets d'abattoirs, y compris des MRS, le 1er octobre 2005 s'est traduite par une diminution du coût de 30 % en moyenne. Plus précisément, les tarifs de collecte des déchets d'abattoirs ont fortement diminué entre 2005 et 2010, passant en moyenne de 197 € la tonne à environ 130 € (prix variable en fonction de la taille de l'abattoir, les gros volumes obtenant les prix les plus intéressants, et des déchets produits).