Allez au contenu, Allez à la navigation

À propos du bateau français pour Gaza

13 ème législature

Question écrite n° 17793 de M. Guy Fischer (Rhône - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 24/03/2011 - page 686

M. Guy Fischer appelle l'attention de M. le ministre d'État, ministre des affaires étrangères et européennes, à propos du « bateau français pour Gaza ». Face à la poursuite du blocus de la bande de Gaza et à l'injustice subie par un million et demi de Palestiniens de Gaza, 60 associations, syndicats et partis politiques, partout en France, mettent leur force en commun pour envoyer un bateau avec, à son bord, citoyens et matériel pour apporter une aide humanitaire aux Palestiniens et pour rappeler le caractère essentiel du droit international. Cette mobilisation citoyenne non violente a pour objet d'alerter sur l'urgence de la levée du blocus de la bande de Gaza. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer quelle est la position du Gouvernement sur cette initiative citoyenne et s'il entend prendre des mesures pour la soutenir.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 01/09/2011 - page 2265

La position de la France sur le blocus de Gaza est claire et constante. Avec nos partenaires européens, nous appelons Israël à la levée de ce blocus. Notre diplomatie agit de manière continue pour obtenir des avancées en ce sens, sans transiger pour autant sur les préoccupations sécuritaires légitimes d'Israël. Les autorités israéliennes doivent permettre l'acheminement de l'aide internationale à Gaza. Les projets de développement et de reconstruction menés par les Nations unies doivent l'être sans obstacle. En outre, les visiteurs étrangers doivent avoir accès aux Territoires palestiniens. S'agissant de la flottille cherchant à forcer le blocus de Gaza, nous avons, dès le début et de façon constante, déconseillé à nos ressortissants d'y participer, eu égard aux risques sécuritaires encourus dans cette entreprise. Ces initiatives ne peuvent que renforcer les tensions, dans le contexte actuel. Le secrétaire général des Nations unies s'est exprimé en ce sens le 27 mai 2011 et a appelé les gouvernements à tout faire pour décourager de nouvelles flottilles. Je vous rappelle que l'aide humanitaire à destination de Gaza peut désormais transiter par voie terrestre ; il s'agit du moyen le plus efficace et le plus responsable de venir en aide à la population civile de Gaza. La France suivra avec attention le bon acheminement de cette aide jusqu'à ses destinataires.