Allez au contenu, Allez à la navigation

Syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde

13 ème législature

Question écrite n° 18482 de M. Philippe Madrelle (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 12/05/2011 - page 1228

M. Philippe Madrelle appelle l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur le rejet du projet élaboré par le syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde (SMIDDEST). Il lui rappelle que l'aménagement de l'estuaire qui représente un fort potentiel générateur de développement économique, touristique et environnemental nécessite de nouveaux équipements structurants comme par exemple des pontons, une signalétique spécifique. L'obtention du label « Pôle d'excellence rurale » aurait permis de poursuivre l'aménagement du plus vaste estuaire d'Europe et de contribuer ainsi au développement d'un véritable tourisme écologique. En conséquence, il lui demande s'il ne juge pas opportun de considérer à nouveau le projet du SMIDDEST.



Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 07/07/2011 - page 1779

Le projet de pôle d'excellence rurale déposé par le syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde (SMIDDEST) a été jugé très intéressant par le jury. Cependant, parmi les 461 dossiers déposés lors de la deuxième vague de l'appel à projets, il n'a été possible d'en sélectionner que 150. Malgré tout l'intérêt du projet, celui-ci n'a pas atteint la finition et l'excellence nécessaires pour être labellisé. Le jury a en particulier regretté que le projet du SMIDDEST ne présente pas d'analyse des effets du trafic sur la faune et la flore. Il a constaté le défaut d'information sur la mise en oeuvre des recommandations du schéma d'aménagement et de gestion des eaux. Le dossier ne traitait pas non plus de la nécessité éventuelle d'une enquête d'utilité publique et de ses conséquences potentielles sur les délais de réalisation. Il n'est pas prévu de nouvel appel à projets de pôles d'excellence rurale (PER), mais les préfets de département ont été invités à examiner attentivement les éventuels financements alternatifs pour les projets non retenus comme PER.