Allez au contenu, Allez à la navigation

Dysfonctionnements de la voie ferrée Paris-Laon-Hirson

13e législature

Question écrite n° 18545 de M. Antoine Lefèvre (Aisne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 12/05/2011 - page 1241

M. Antoine Lefèvre attire l'attention de M. le secrétaire d'État chargé des transports sur les dysfonctionnements de la voie ferrée Paris-Laon-Hirson. Sa régularité s'est littéralement effondrée, passant d'une moyenne de 92,8 % de trains à l'heure jusqu'en octobre, à un taux de 84,1 %. Depuis de nombreux mois, les dysfonctionnements de cette ligne s'amplifient, le service ne cesse de se dégrader, les retards sont devenus quotidiens et certaines dessertes sont parfois oubliées... Trains surchargés, manque d'informations, voire informations fantaisistes (changement de quai de départ non signalé), difficultés de stationnement autour des gares, les usagers ne peuvent plus se rendre à leur travail dans des conditions acceptables, et sont, pour certains, fragilisés dans son maintien. Outre une nécessaire information en amont pour un choix optimum des trajets, il est indispensable de revoir la trame des dessertes et la capacité des rames, notamment les vendredis et dimanches soir, ou le lundi matin. Par ailleurs, une indemnisation systématique pour les abonnés ne pourrait-elle être envisagée, d'autant que cette ligne ne figure pas dans le « plan d'urgence de renforcement de la qualité de service » annoncé le 21 janvier dernier, et que le nombre des usagers du TER a progressé de 50 % ces dernières années.

Transmise au Ministère chargé des transports



Réponse du Ministère chargé des transports

publiée dans le JO Sénat du 29/12/2011 - page 3348

En 2010, la régularité des trains TER sur l'axe Paris-Laon a été de 86,83 % (plus cinq minutes de retard au terminus), alors que l'objectif a été fixé à 92 % dans la convention passée entre la SNCF et le conseil régional de Picardie pour l'exploitation des services régionaux de voyageurs. Les conditions climatiques en début d'année, les pannes de matériel, une infrastructure compliquée du fait de la présence de deux tunnels à voie unique sur le parcours situés à Vauxhaillon et à Vierzy, et enfin la densité de circulation entre Mitry et Aulnay avec des voies partagées avec la ligne B et la ligne K constituent autant de points de fragilité. La régularité globale de la ligne s'est néanmoins redressée à 91 % à la fin du mois de juillet 2011, associant de surcroît une amélioration de la régularité sur les trains à l'heure de pointe. L'arrivée d'un nouveau matériel (AGC bicourant en 2010) a permis de réduire les pannes et la commande de rames Régiolis passée par le conseil régional, attendues pour la fin de l'année 2013, permettra de remplacer les rames Corail et les anciennes machines diesel qui circulent encore sur cette ligne. En 2011 et 2012, les travaux du projet RER B Nord+ se poursuivront sur l'axe et s'ils entraînent des contraintes importantes, notamment certains week-ends et durant l'été, ils permettront à terme à la ligne B de circuler sur des voies dédiées et donc d'améliorer la circulation des trains TER et de la ligne K (Paris-Crépy). Le conseil régional de Picardie a demandé à la SNCF et à Réseau ferré de France (RFF) de faire des propositions pour améliorer la régularité de cette ligne avec une présentation aux élus et associations d'usagers lors d'un comité de ligne. Ce comité, organisé par le conseil régional de Picardie, s'est tenu le 19 octobre 2011 à Villers-Cotterêts. La SNCF s'est engagée à mener des actions pour améliorer la régularité sur cette ligne et pour ce faire, va notamment examiner les irrégularités liées à la gestion de la circulation ferroviaire, qui sont essentiellement des gênes de circulations entre les trains TER de la ligne Paris-Laon et les autres trains, et réétudier les scénarios de prise en charge des voyageurs en cas de situation perturbée, notamment à la gare de Paris Nord. Cela concerne environ un tiers des causes d'irrégularité, un second tiers résultant de l'infrastructure et un troisième de causes externes. Au cours de cette réunion, le diagnostic de la ligne Transilienne K Paris - Crépy-en-Valois a aussi été présenté et un chef de mission commun aux deux activités a été désigné pour travailler notamment sur les interfaces entre les deux lignes. Concernant l'information des voyageurs, la SNCF s'est organisée au début de l'année 2010 pour mieux coordonner les informations. L'axe Paris-Laon a été le premier axe équipé d'un système d'afficheurs légers qui permet dans les gares et les haltes de la ligne de disposer de l'information en temps réel sur la circulation des trains. La gare de Crépy a ainsi été équipée au mois de juillet 2011. Ces outils permettront de progresser dans l'information des voyageurs, en particulier lors des situations perturbées. Enfin, concernant les indemnisations, la SNCF est assujettie à un système de bonus-malus et de pénalités dans la convention passée avec la région et, dans ce cadre, il est prévu que les sommes versées en cas de malus puissent être redistribuées aux clients. Les abonnés de la ligne Paris-Laon ont ainsi bénéficié en 2010 de ce dispositif sous la forme d'une réduction de 50 % sur leur abonnement.