Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des réfugiés venant de Libye

13e législature

Question écrite n° 19852 de M. Adrien Gouteyron (Haute-Loire - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 25/08/2011 - page 2153

M. Adrien Gouteyron souhaite rappeler l'attention de M. le ministre d'État, ministre des affaires étrangères et européennes, sur la situation des réfugiés venant de Libye.

Plus de 800 000 personnes ont fui la Libye depuis le début du conflit. Plusieurs milliers d'entre elles sont des demandeurs d'asile, pour qui un retour est impossible en Libye et inimaginable en raison des craintes pour leur vie.

Si la Tunisie et l'Égypte ont maintenu leurs frontières ouvertes pour accueillir les réfugiés fuyant la guerre, la situation dans les camps frontaliers devient de plus en plus critique.

Au cours des cinq premiers mois de 2011, plus de 1 800 personnes ont péri en mer en tentant de fuir la Libye.

Le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (HCR) et l'Union européenne, par la voix de sa commissaire européenne chargée des questions d'immigration, ont appelé les États européens à maintenir également leurs frontières ouvertes et à protéger les réfugiés, en application du principe de solidarité internationale. Jusqu'à présent, l'Europe a reçu moins de 2 % des personnes qui fuient la Libye.

Si l'établissement d'un programme de protection régionale en Tunisie et en Égypte évoqué par le ministère des affaires étrangères début juin est une réponse, elle n'est cependant pas suffisante face à l'urgence de la crise.

Il souhaiterait connaître la position du Gouvernement sur ce que la France envisage de faire concernant la situation très délicate de ces réfugiés.



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.