Allez au contenu, Allez à la navigation

Amélioration du champ de qualification pour les jeunes ruraux

13e législature

Question écrite n° 21289 de M. François Marc (Finistère - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 08/12/2011 - page 3119

M. François Marc attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur le niveau d'ambition de qualification des élèves et étudiants des zones rurales. Une étude montre en effet que les jeunes ruraux tendent à mener des études plus courtes que ceux des aires urbaines. Selon l'étude, l'offre de formation, plus réduite à proximité de leurs domiciles, explique cette différence. Si vivre dans un territoire rural n'est pas pénalisant pour la scolarité, cela tend cependant à s'avérer handicapant au moment de l'orientation après la troisième. C'est à ce moment que les parcours des ruraux et des urbains commencent à diverger notablement.
Il va de soit que les études supérieures impliquent une certaine mobilité. Les bacheliers ruraux qui s'y engagent le font, plus souvent que les urbains, en quittant leur région.
Les familles ne sont pas toutes égales devant ces choix.
Afin de faciliter la mobilité, les collectivités peuvent toutefois permettre un meilleur accès des jeunes ruraux aux hautes qualifications en actionnant les leviers de l'aide à la mobilité et au logement. Cela peut par exemple prendre la forme du système de logement chez des particuliers, pour que les baux ne soient pas pénalisants pour ces étudiants. Cela peut également passer par des aides à la mobilité, comme la carte permettant aux étudiants de bénéficier de 50 % de réduction sur les TER ou encore la location de cyclomoteurs à bas coût pour se déplacer.
Les collectivités peuvent en outre aider ces jeunes diplômés à revenir, en développant les emplois qualifiés dans les zones rurales. Diverses mesures peuvent alors y participer comme les centres de télétravail, les lieux d'accueil des jeunes enfants ou encore les transports régionaux.
À travers la présente question, il souhaiterait qu'il précise la position du Gouvernement s'agissant de l'inégal accès aux hautes qualifications entre jeunes. Il souhaiterait également connaître les moyens susceptibles d'être mis à disposition des élus ruraux pour relever le défi de la mobilité de leurs jeunes.

Transmise au Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche



La question est caduque