Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la ligne Corail Paris-Troyes-Belfort-Mulhouse

13e législature

Question écrite n° 21589 de M. Jean-Louis Lorrain (Haut-Rhin - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 22/12/2011 - page 3263

M. Jean-Louis Lorrain attire l'attention de M. le ministre chargé des transports sur l'avenir de la ligne Corail Paris-Troyes-Belfort-Mulhouse (dite « ligne 4 »).

La réponse à la question orale, énoncée à la tribune du Sénat le 11 octobre 2011 par M. Benoist Apparu, secrétaire d'État auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé du logement, n'a pas levé ses inquiétudes.

Premièrement, les tarifs du TGV Mulhouse-Dijon-Paris sont élevés et dépassent même les tarifs du TGV Mulhouse-Strasbourg-Paris, ce qui représente une perte financière conséquente pour les anciens usagers des Corail inter-cités.

Deuxièmement, les nouveaux horaires de correspondance en gare de Belfort entre les TER Alsace et les trains d'équilibre du territoire (TET ou Corail inter-cités) comme ceux des TGV sont malaisés. Il y avait jusqu'à présent 24 liaisons aller-retour Mulhouse–Belfort ; désormais seules 20 liaisons assurent ces correspondances. De même, les TGV ne circulent pas à certaines heures – matinales ou tardives – contrairement à ce que faisaient les TET.

Troisièmement, la phase d'observation qui a été mise en place pour le maintien des TET est faussée car ce train TET est désormais limité à Belfort et la qualité de cette liaison Paris-Troyes-Belfort-Mulhouse est en dégradation constante (pannes fréquentes du matériel, suppression systématique de ce train en cas de travaux sur la voie ou en cas de mouvement social, absence totale de possibilité de restauration à bord).

Aussi, il lui demande si Mulhouse ne peut pas rester le terminus de la ligne 4.

Transmise au Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie



La question est caduque