Allez au contenu, Allez à la navigation

Dysfonctionnements du régime social des indépendants

14e législature

Question écrite n° 04932 de M. Jean Germain (Indre-et-Loire - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/02/2013 - page 649

M. Jean Germain appelle l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les dysfonctionnements du régime social des indépendants (RSI). Organisé et mis en place à partir de 2005 et 2006 pour simplifier la protection sociale des travailleurs indépendants, notamment dans le domaine du recouvrement de leurs cotisations sociales, il apparaît que son fonctionnement mal maîtrisé fragilise de manière dramatique de nombreux travailleurs indépendants. Ainsi, en l'absence de souplesse dans le rééchelonnement, le principe de versement d'acomptes prévisionnels pour l'année en cours, calculé sur le montant du salaire déclaré pour l'exercice précédent a des conséquences lourdes et brutales sur leur trésorerie si une mauvaise année succède à une bonne, comme cela se produit plus fréquemment dans un contexte de crise économique. Il apparaît que des rejets de demandes de rééchelonnement ne sont pas toujours expliqués ou comprises. Inversement, des demandes d'inscription ne seraient pas prises en compte. En septembre 2012, la Cour des Comptes a signalé l'ampleur et le caractère pérenne de ces difficultés qui constituent de très lourds dysfonctionnements, pour les assurés, dont le caractère récurrent a provoqué la fragilisation durable d'un régime qui comptait en 2011 près de 2,7 millions de cotisants. Il lui demande en conséquence de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'elle entend prendre pour garantir une meilleure réactivité du RSI et remédier à cette situation très préoccupante.



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 11/07/2013 - page 2055

La création de l'interlocuteur social unique (ISU) au 1er janvier 2008 a eu pour objectif de permettre aux 1,8 million d'artisans et de commerçants de s'acquitter des cotisations et contributions sociales obligatoires dont ils sont redevables à titre personnel auprès d'un seul organisme. L'interlocuteur social unique repose sur un partage des tâches entre les caisses du régime social des indépendants (RSI) et les unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales (URSSAF), ces dernières agissant au nom et pour le compte des premières. Cette répartition du travail vise à tirer profit de la spécialisation des caisses sur leurs cœurs de métiers, c'est-à-dire les activités générales de recouvrement sur des populations larges pour les URSSAF et les mesures d'accompagnement individualisé des indépendants pour les caisses du RSI. Cette simplification constitue une réalité pour la très grande majorité des artisans et commerçants. Toutefois, la mise en place de l'ISU a généré des difficultés tangibles pendant la période de mise en place du nouveau dispositif pour environ 6 % des cotisants. Bien que ces dysfonctionnements n'aient touché qu'un nombre limité d'indépendants, ils se sont répercutés sur la qualité du service rendu à l'ensemble des usagers en raison de la mobilisation massive des agents des deux réseaux pour résorber ces situations complexes. Dans ce contexte, les pouvoirs publics ont accordé des moyens matériels et humains supplémentaires notamment pour faire face à l'hétérogénéité des situations rencontrées qui impose une gestion manuellement, au cas par cas, des situations. Grâce à cet investissement les incohérences qui subsistent sur certains comptes sont désormais en voie de réduction et les organismes sociaux sont en mesure d'apporter une réponse adaptée à chaque cas. Afin d'aider les cotisants, touchés par les dysfonctionnents, à régulariser leur situation, des mesures d'accompagnement personnalisé ont été mises en œuvre par des équipes mixtes composées d'agents des deux réseaux. Cela se traduit notamment par la mise en place de plans d'étalement des cotisations lorsque cela s'avère nécessaire. Les réclamations des cotisants ont fait l'objet d'un dispositif particulier pour résorber le stock accumulé par des plateformes téléphoniques renforcées chargées d'apporter les informations les plus courantes. Ce service sera accessible gratuitement grâce à un numéro court à partir du second semestre 2013. En 2012, des mesures nouvelles de simplification, issues d'une large concertation avec les représentants des travailleurs indépendants, ont été mises en œuvre afin d'alléger le poids des cotisations sociales en cas de baisse d'activité et obtenir un calcul anticipé des cotisations de l'année précédente sans attendre le mois de novembre de l'année suivante. Dans ce contexte, même si de nombreuses améliorations doivent encore être mises en place, les URSSAF et le RSI assurent une gestion de l'ISU en voie de normalisation.