Allez au contenu, Allez à la navigation

Auxiliaires de vie et aides à domicile

15e législature

Question écrite n° 11101 de M. Jean-Raymond Hugonet (Essonne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 27/06/2019 - page 3335

M. Jean-Raymond Hugonet attire l'attention de M. le secrétaire d'État auprès de la ministre des solidarités et de la santé sur les difficultés que rencontrent les auxiliaires de vie et aides à domicile. Cette profession est de moins en moins reconnue et elle est peu valorisée malgré ses grandes responsabilités. Ce domaine fait l'objet d'un manque de personnel très inquiétant, avec des salaires non attractifs et des conditions de travail parfois éprouvantes dues à des déplacements de plus en plus coûteux. Aussi, afin de faire face aux problèmes à la fois humains et administratifs, il souhaiterait connaître quelles mesures le Gouvernement va proposer à ces professionnels en détresse.

Transmise au Ministère des solidarités et de la santé



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 26/09/2019 - page 4914

Le Gouvernement, sensible à l'investissement quotidien des salariés du secteur de l'aide aux personnes âgées ou en perte d'autonomie, attache une importance toute particulière à la reconnaissance et à la valorisation de leur travail. La situation de ces professionnels constitue l'un des enjeux primordiaux identifiés dans le rapport issu de la concertation grand-âge et autonomie, remis par M. Dominique Libault le 28 mars 2019 à la ministre des solidarités et de la santé. Ainsi, le levier de changement majeur que constitue la revalorisation des métiers du grand âge a été identifié comme l'une des priorités, afin d'augmenter significativement l'attractivité du secteur et améliorer le maintien à domicile des personnes âgées ou en situation de handicap. Cette réflexion, largement concertée, débouchera très prochainement sur un projet de loi. Parallèlement, le 3 juillet 2019, la ministre des solidarités et de la santé a confié à Mme Myriam El-Khomri, ancienne ministre, une mission sur l'attractivité des métiers du Grand âge. La revalorisation des métiers, l'évolution des formations et des compétences et la prévention de la pénibilité et l'amélioration de la qualité de vie au travail des professionnels constitueront les axes majeurs de ce grand plan de mobilisation nationale en faveur de l'attractivité des métiers du Grand âge. Les résultats de cette mission sont attendus dès l'automne prochain et auront un caractère opérationnel de nature à répondre aux difficultés rencontrées par les professionnels du secteur de l'aide à domicile. Par ailleurs, consciente que l'un des freins à l'attractivité de ces métiers réside en partie dans les difficultés d'exercice, la ministre des solidarités et de la santé a missionné dès fin 2017 la direction générale de la cohésion sociale pour définir et mettre en œuvre des actions concrètes améliorant la qualité de vie au travail des professionnels du secteur médico-social travaillant en établissement et à domicile. Une commission Qualité de vie au travail (QTV) a ainsi été installée fin 2017 et a déjà proposé un plan d'actions pour améliorer la qualité de vie au travail des professionnels en établissement pour personnes âgées dépendantes et personnes handicapées. Les travaux de cette commission se sont poursuivis en 2018 pour identifier les leviers d'actions spécifiques dans le champ des professionnels des services d'aide et d'accompagnement à domicile et des services de soins infirmiers à domicile. Afin de développer une connaissance opérationnelle sur ces questions et accompagner les acteurs, tant au niveau local que national, un observatoire national de la qualité de vie au travail des professionnels de santé et des professionnels du secteur médico-social a été installé en juillet 2018, ainsi qu'un réseau de référents QVT au sein de chaque agence régionale de santé.