Allez au contenu, Allez à la navigation

Non-sens de la fermeture potentielle de la ligne ferroviaire Nice-Breil-Cuneo

15e législature

Question écrite n° 12799 de Mme Colette Giudicelli (Alpes-Maritimes - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 24/10/2019 - page 5372

Mme Colette Giudicelli attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports sur les conditions de sous-équipement dans lesquelles est exploitée la ligne internationale ferroviaire Nice-Breil-Cuneo et sur les menaces de fermetures qui pèsent sur elle. Alors que notre pays semble avoir pris conscience que seul le développement raisonné des transports publics peut assurer à l'avenir les déplacements privés et professionnels de nos concitoyens, en limitant l'utilisation individuelle de l'automobile, cette ligne fait l'objet de menaces de fermetures. Il s'agit pourtant d'une ligne de chemin de fer desservant plusieurs communes françaises et italiennes et permettant aux habitants de celles-ci de se rendre sur la bande littorale des Alpes-Maritimes, où se concentrent les entreprises et donc les emplois. Sa fermeture serait non seulement un non-sens social et économique, mais également environnemental. Le bon sens voudrait au contraire qu'elle soit développée en augmentant les rotations et sécuriser la régularité des dessertes, afin que les populations soient incitées à l'utiliser. Elle lui demande ainsi dans quel délai il examinera notamment, avec son collègue italien en charge des transports ferroviaires, le problème de la remise en état de l'électrification du tronçon de 42 kilomètres de la voie ferrée Nice-Cuneo situé en France, laquelle a été détruite en 1944 lors de la dernière guerre, ce qui permettrait d'accélérer les convois franco-italiens et d'augmenter le trafic marchandises, et surtout s'il a l'intention de pérenniser cette ligne au lieu de la laisser péricliter par une inaction reposant uniquement sur des considérations commerciales, là où les enjeux sont d'assurer un aménagement de notre territoire allant dans le sens des transports collectifs.



En attente de réponse du Secrétariat d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports.