Allez au contenu, Allez à la navigation



Les perspectives du retour au plein emploi

 

Crédit d'impôt : créance d'un contribuable sur l'administration fiscale. Le crédit d'impôt existe depuis longtemps dans la fiscalité française. Ainsi, l'avoir fiscal sur les dividendes d'actions est un crédit d'impôt. La notion ne doit pas être confondue avec celle d'impôt négatif*.

Earned Income Tax Credit (EITC) : crédit d'impôt* mis en place aux Etats-Unis en 1975.

Impôt négatif : système intégré de prélèvements et de transferts, c'est-à-dire regroupement au sein du système fiscal de l'ensemble des prestations servies par la puissance publique. Un tel dispositif permettrait de simplifier le système de redistribution sociale, en faisant apparaître clairement les transferts de revenu opérés à destination d'une catégorie de personnes, en fonction de leur revenu. La notion ne doit pas être confondue avec celle de crédit d'impôt*.

NAIRU : voir Chômage non accélérateur d'inflation.

Nouvelle économie : notion apparue aux Etats-Unis en 1997 sous le nom de « New Economy » ou « New Economic Paradigm » et diffusée par le magazine Business Week. Désigne l'idée selon laquelle le développement des technologies de l'information et de la communication (les ordinateurs et Internet en particulier, mais aussi d'autres secteurs, comme la téléphonie mobile) rendrait la croissance à la fois plus stable et durablement plus élevée. Ce phénomène concernerait actuellement les Etats-Unis, et pourrait se diffuser à l'Europe dans les années à venir.

Plein emploi : objectif assigné à la politique de l'emploi. On considère généralement aujourd'hui que la notion implique un faible taux de chômage (correspondant au chômage frictionnel*) ainsi qu'un taux d'emploi* élevé, voire le respect de certains critères qualitatifs.

Population active : personnes possédant un emploi (actifs occupés) ou recherchant un emploi (chômeurs).

Prime pour l'emploi : crédit d'impôt* en faveur des ménages à faibles revenus d'activité, instauré par le projet de loi n°671 adopté en nouvelle lecture (texte définitif) à l'Assemblée nationale le 15 mai 2001.

Productivité du travail (ou productivité apparente du travail) : production par travailleur ou par heure de travail. L'adjectif « apparent » est parfois utilisé pour rappeler que ce ratio ne dépend pas du seul travail, mais aussi du capital utilisé. La croissance du PIB doit être supérieure à celle de la productivité par travailleur pour créer des emplois. Ainsi, plus la croissance de cette dernière est faible, plus celle du PIB est riche en emplois.