Allez au contenu, Allez à la navigation



Les villes du futur : rêves ou cauchemars ? Actes de l'atelier de prospective du 29 avril 2010

 

N° 510

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010

Enregistré à la Présidence du Sénat le 1er juin 2010

RAPPORT D'INFORMATION

FAIT

au nom de la délégation sénatoriale à la prospective (1) sur les villes du futur : rêves ou cauchemars ?,

Par M. Jean-Pierre SUEUR,

Sénateur.

La délégation à la prospective est composée de : M. Joël Bourdin, Président ; MM. Bernard Angels, Yvon Collin, Mme Evelyne Didier, MM. Jean-Claude Etienne, Joseph Kergueris, Jean-François Le Grand, Gérard Miquel, Vice-Présidents ; MM. Philippe Darniche, Christian Gaudin, Mmes Sylvie Goy-Chavent, Fabienne Keller, M. Daniel Raoul, Mme Patricia Schillinger, M. Jean-Pierre Sueur, Secrétaires ; Mme Jacqueline Alquier, MM. Pierre André, Denis Badré, Gérard Bailly, Mmes Nicole Bonnefoy, Bernadette Bourzai, MM. Jean-Pierre Caffet, Gérard César, Alain Chatillon, Jean-Pierre Chevènement, Marc Daunis, Jean-Luc Fichet, Mmes Marie-Thérèse Hermange, Élisabeth Lamure, MM. Philippe Leroy, Jean-Jacques Lozach, Jean-François Mayet, Philippe Paul, Mme Odette Terrade, M. André Villiers.

LES VILLES DU FUTUR : RÊVES OU CAUCHEMARS ?

Enregistrement vidéo intégral à l'adresse internet :

http://videos.senat.fr/video/videos/2010/video4722.html

OUVERTURE JOËL BOURDIN, SÉNATEUR, PRÉSIDENT DE LA DÉLÉGATION SÉNATORIALE À LA PROSPECTIVE

Mesdames, Messieurs et Chers Collègues,

Je suis heureux de vous accueillir aujourd'hui au Palais du Luxembourg à l'occasion du deuxième atelier organisé par la délégation sénatoriale à la Prospective du Sénat, délégation qui vient tout juste d'être constituée il y a à peine neuf mois. Le premier atelier portait sur « Prospective et politique ». Ce deuxième atelier est, lui, consacré à une autre thématique, celle des villes du futur.

Je vous remercie tous d'être venus ce matin et d'avoir répondu à notre invitation pour cette réflexion qui, sans nul doute, est ambitieuse. Je céderai dans très peu de temps la parole au rapporteur de la Délégation, M. Jean-Pierre Sueur, qui est Sénateur du Loiret et ancien Ministre, en présence d'Yvon Collin qui est Vice-président de notre Délégation et Président du Groupe Rassemblement Démocratique et Social Européen (RDSE) du Sénat et de Mme Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin.

Je voudrais rappeler, en guise d'ouverture, les objectifs de notre Délégation. Par la création de cette délégation, le Président Larcher et le Bureau du Sénat ont voulu doter notre Assemblée d'une « vigie parlementaire », capable d'éclairer les choix que nous devons effectuer, le plus souvent dans le court terme, et de les replacer dans une perspective longue.

La méthode, évidemment, nous avons à la créer. Nous innovons ; mais nous comptons aussi sur tous ceux qui ont des choses à dire dans ce domaine et vous en faites partie. Nous souhaitons ainsi que se crée en France un réseau de la prospective. Nous avons déjà noué des relations avec les organes constitués à cet effet et nous espérons ainsi faire évoluer la réflexion sur le long terme dans notre pays.

Nous nous appuyons aussi sur des expériences étrangères. Dans le domaine parlementaire, les expériences sont rares. Certes quelques grands pays, comme les États-Unis, la Grande-Bretagne ou le Japon, ont bien des services, des bureaux ou des Think Tanks qui s'adonnent à la prospective ; mais ce ne sont pas à proprement parler des organismes purement parlementaires de réflexion sur l'avenir.

Nous n'en a trouvé qu'un, en Finlande, un pays qui n'a pas attendu ces derniers mois pour innover, puisque sa Commission pour l'avenir a déjà vingt ans. Créée en 1990, elle a réussi à prendre sa place et à faire en sorte maintenant que tous les ans, dans le cadre du Parlement finlandais, il y ait une présentation, un débat, sur l'avenir du pays. C'est bien ce que nous ambitionnons de faire à notre tour en France.

Pour l'heure, je vais laisser la parole à notre rapporteur, M. Jean-Pierre Sueur pour « Les villes du futur ». Je le remercie de s'être attelé à cette tâche. Je vais maintenant lui laisser la parole. C'est lui le médiateur, l'organisateur de cette réunion. Merci à lui, merci à vous.