Allez au contenu, Allez à la navigation

Météo-France

22 septembre 2021 : Météo-France ( rapport d'information )

II. DES MÉTIERS ET UNE ORGANISATION QUI SE TRANSFORMENT

Sur la seule période du contrat budgétaire (2018-2022) l'établissement public estime que 60 % de ses agents auront changé de métier, de direction de rattachement ou de lieu de travail. Ce chiffre illustre l'ampleur des transformations opérées.

A. LES MÉTIERS DE MÉTÉO-FRANCE ÉVOLUENT POUR MIEUX ACCOMPAGNER LES UTILISATEURS

1. Le conseil aux utilisateurs : un enjeu d'optimisation des bénéfices socio-économiques

L'optimisation des bénéfices socioéconomiques générés par les services de météorologie apparaît largement conditionnée à la qualité du suivi aval des prévisions. L'accompagnement, le conseil apporté aux utilisateurs finaux, l'aide à la prise de décision apparaissent comme autant de prestations déterminantes pour améliorer la valeur collective produite par les SMN53(*). La bonne compréhension de l'information météorologique par son bénéficiaire est absolument essentielle pour que celui-ci mette en oeuvre une réponse adaptée.

Le MetOffice britannique a beaucoup misé sur l'accompagnement des utilisateurs. Or, d'après une étude, et même s'il convient de rester très prudent dans la comparaison de ce type d'évaluations, le SMN britannique générerait des bénéfices socioéconomiques 2 à 3,7 fois supérieurs à ceux de Météo-France. Cette performance n'est peut-être pas complètement étrangère à la qualité du « service après-vente » déployé par le MetOffice.

L'importance du conseil et de l'accompagnement des utilisateurs sera de plus renforcée dans les années à venir par le développement des prévisions probabilistes.

2. Météo-France fait évoluer le métier de prévisionniste
a) Les météorologistes conseils ont vocation à assurer le « service après-vente » des prestations

Les progrès réalisés en matière de prévision numérique du temps et les projets d'automatisation de bases de prévisions et de productions rendent possible une évolution du métier de prévisionniste pour l'orienter davantage vers le conseil aux utilisateurs.

Le temps de travail des prévisionnistes ainsi libéré par les évolutions technologiques va donc être valorisé par l'établissement pour faire émerger un nouveau métier baptisé « météorologiste conseil ». Cette évolution très profonde du métier de prévisionniste ne va pas de soi et nécessitera une période d'adaptation et d'appropriation pour que les agents concernés trouvent du sens à leurs nouvelles fonctions. Cette évolution est d'autant plus profonde qu'elle suppose un enrichissement du périmètre de leurs compétences et de leurs savoir-faire, notamment dans le domaine de la climatologie. L'important programme de formation prévu par Météo-France pour accompagner cette évolution professionnelle jouera un rôle essentiel dans cette transition.

b) La suppression des prévisionnistes amont régionaux (PAR)

Les programmes d'automatisations prévus vont se traduire par la suppression d'un métier chez Météo-France, celui de prévisionniste amont régional (PAR). Son extinction est programmée en 2023.

Les PAR travaillent en régime permanent, c'est-à-dire vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, au sein des directions interrégionales. Leurs tâches consistent à corriger les données brutes qui sortent des modèles numériques. Le projet 3P54(*) vise à réformer en profondeur la chaîne de production de l'opérateur et à automatiser les activités réalisées par les PAR.

c) Un programme de requalification des techniciens supérieurs freiné par les décisions du guichet unique

Le processus d'automatisation des productions, l'évolution du métier de prévisionniste et les nouvelles compétences qu'il suppose entraînent une nécessaire évolution des qualifications des personnels de l'opérateur. Désormais, Météo-France a besoin de davantage d'ingénieurs (les ingénieurs des travaux de la météorologie ou ITM) et de moins de techniciens (les techniciens supérieurs de la météorologie ou TSM).

Dans ce contexte, l'établissement doit requalifier plus de 500 postes de techniciens en ingénieurs. Entamé en 2019, le programme de requalification devait se prolonger au moins jusqu'en 2025. Ce programme de requalification est en partie être réalisé par des promotions internes55(*).

Alors que cette mesure, initiée dans le COP 2017-2021 a été confirmée par la démarche AP 2022, le rythme du programme requalification des techniciens en ingénieurs a été sensiblement ralenti par un arbitrage du guichet unique. En effet, alors que Météo-France prévoyait 282 requalifications de techniciens en ingénieurs en cinq ans, le guichet unique a réduit ce nombre à 170. À ce rythme, le programme de requalification pourrait se prolonger jusqu'en 2028 générant des problèmes d'équité et de cohésion au sein des équipes. En effet, au sein d'une même unité, des techniciens feront le même travail que des ingénieurs sans pour autant avoir leur statut ni leur rémunération56(*). Les conditions de mise en oeuvre du programme de requalification ont ainsi suscité des tensions sociales malgré la constitution d'un groupe de travail dédié.

Face à cette situation insatisfaisante, une mission du CGEDD a été diligentée pour expertiser la mise en oeuvre de ce programme. Son rapport recommande notamment que Météo-France demande un réexamen de l'arbitrage rendu par le guichet unique.

Alors que ce programme de requalification découle directement de la démarche AP 2022 et des objectifs de transformation pris pour rendre l'opérateur plus efficient, il apparaît préjudiciable que des considérations budgétaires concurrentes viennent entraver sa mise en oeuvre. L'acceptabilité de la poursuite des gains d'efficience permis par les plans de transformation de l'établissement est conditionnée à leur caractère équitable. Cet impératif doit guider le guichet unique dans la reconsidération de sa décision afin de permettre une accélération du rythme des promotions internes dans le cadre du programme de requalification.

Recommandation n° 13 : Accélérer la requalification de techniciens en ingénieurs avec un réexamen du rythme des promotions internes autorisées.


* 53 Ce phénomène est notamment souligné dans le rapport de France stratégie portant sur l'évaluation socioéconomique de Météo-France.

* 54 « Projet prévision production ».

* 55 Par les voies du concours interne, de concours professionnel ou de la liste d'aptitude.

* 56 C'est déjà le cas dans certains services comme par exemple au CRA de Roissy.