Allez au contenu, Allez à la navigation



Rapport d'information fait en application de l'article 22, alinéa premier du Règlement, sur la situation actuelle de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO)

15 mai 1986 : Situation actuelle de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) ( rapport d'information )

 

Rapport d'information n° 373 (1985-1986) de M. Jacques CHAUMONT, fait au nom de la commission des affaires étrangères, déposé le 15 mai 1986

Avertissement : le texte intégral de ce rapport n'est pas disponible en ligne.

Sommaire du rapport

Avant-propos. Les raisons de la présente étude (p.5)
La gravité de la crise actuelle (p.5)
La proximité des échéances (p.5)
Le rôle particulier qui incombe à la France (p.5)
Chapitre préliminaire (p.7)
Première remarque: l'UNESCO a été conçue comme une organisation de coopération intellectuelle intergouvernementale répondant à un projet politique occidental (p.7)
Deuxième remarque: les structures de l'UNESCO présentent l'aspect classique d'une institution spécialisée de l'ONU au sein de laquelle la France occupe une place privilégiée (p.9)
Troisième remarque: les activités de l'UNESCO, pour être importantes et diversifiées, n'en demeurent pas moins souvent confuses et mal connues (p.12)
Dernière remarque liminaire: l'histoire de l'UNESCO a été ponctuée, depuis quarante ans, de crises successives soulignant que l'organisation n'a pas échappé à une certaine politisation (p.15)
Première partie. Les données immédiates du débat actuel (p.19)
Chapitre I. Décembre 1983 - mai 1986: histoire d'une crise (p.20)
A. 1984: du préavis américain au préavis britannique (p.20)
B. 1985: du retrait américain au retrait britannique (p.23)
C. Janvier-mai 1986: une organisation dans l'expectative (p.26)
Chapitre II. Des solutions à peine ébauchées face à des conséquences politiques désastreuses (p.28)
A. Des dificultés budgétaires aigües (p.28)
B. De douloureux problèmes de personnel, aggravés par la politique suivie (p.30)
Deuxième partie. Les causes profondes: la dérive d'une organisation (p.34)
Chapitre I. Les critiques des détracteurs de l'UNESCO: argumentaire d'un réquisitoire (p.35)
A. Une politisation excessive (p.35)
B. Des programmes contraires aux valeurs occidentales (p.38)
C. Une gestion incontrôlée, dispendieuse et laxiste (p.40)
Chapitre II. La défense de l'organisation: un plaidoyer qui n'emporte pas pleinement l'adhésion (p.43)
A. Des arguments de fond d'inégale valeur (p.43)
1. Le grief de politisation (p.43)
2. Le reproche d'anti-occidentalisme (p.44)
3. La critique de mauvaise gestion (p.45)
B. L'UNESCO, bouc émissaire (p.46)
1. Un coup de semonce donné à l'ensemble du système onusien (p.46)
2. Des attaques concentrées contre le directeur général de l'UNESCO (p.47)
C. Des réponses qui demeurent insuffisantes (p.48)
1. Première observation: les critiques applicables à l'ensemble du système onussien ne justifient pas pour autant l'UNESCO (p.48)
2. Deuxième observation: la défense présentée ne répond pas, loin s'en faut, à l'ensemble des questions posées (p.49)
3. Troisième observation: les mesures adoptées jusqu'ici ne répondent pas à l'ampleur de la crise actuelle (p.49)
Troisième partie. La France et l'avenir de l'UNESCO (p.51)
Chapitre I. La position française: une attitude de modération, devenue suspecte aux yeux des Occidentaux (p.52)
A. Un des plus fermes soutiens de l'organisation (p.52)
B. Un discours trop longtemps ambigu au regard des griefs faits à l'organisation (p.55)
C. Des initiatives contestées illustrant l'isolement de la France au sein du groupe occidental (p.58)
Chapitre II. En guise de conclusion: quelques propositions pour sauver l'UNESCO (p.60)
A. Trois raisons d'agir vigoureusement au service de l'UNESCO (p.60)
1. Une organisation défectueuse mais irremplaçable (p.60)
2. Une organisation menacée (p.61)
3. Une organisation contribuant activement au rayonnement de la France et de la francophonie (p.62)
B. Deux préalables à une action de sauvegarde efficace (p.63)
1. Tout faire pour permettre à l'UNESCO de recouvrer son universalité (p.63)
2. La clarification de la position française (p.64)
C. Trois orientations pour s'attaquer aux racines du mal (p.65)
1. Donner une priorité élevée aux missions de base de l'organisation (p.65)
2. Revenir à une gestion administrative et financière rigoureuse et contrôlée (p.66)
3. Eliminer ou réduire les programmes contestés (p.67)
Conclusion: Deux raisons d'espérer en un avenir plus serein pour l'UNESCO (p.69)
1. Les chances raisonnables qu'il y a de voir les Etats-Unis et la Grande-Bretagne retrouver leur place (p.69)
2. Une saine leçon (p.69)
Examen en commission (p.71)