Allez au contenu, Allez à la navigation

Séance du 17 décembre 2014 (compte rendu intégral des débats)

M. le président. La parole est à M. Jean-Marie Vanlerenberghe, pour explication de vote.

M. Jean-Marie Vanlerenberghe. Monsieur le secrétaire d’État, dans le cas d’un bâtiment cédé, y compris à l’euro symbolique, les contraintes de requalification dans l’état antérieur de ces bâtiments classés monuments historiques sont très coûteuses et dépassent largement l’avantage consenti à travers les conditions de cession.

M. le président. Je mets aux voix l'amendement n° 21 rectifié bis.

(L'amendement est adopté.)

M. le président. Je mets aux voix l'article 31 octies, modifié.

(L'article 31 octies est adopté.)

˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙

Article 31 octies
Dossier législatif : projet de loi de finances rectificative pour 2014
Article 31 tervicies

Article 31 octodecies

(Pour coordination)

L’article L. 236-2 du code rural et de la pêche maritime est ainsi modifié :

1° Au quatrième alinéa, les mots : « nécessaires à la délivrance » sont remplacés par les mots : « d’établissement » ;

2° Les cinquième à onzième alinéas sont remplacés par trois alinéas ainsi rédigés :

« La redevance équivaut aux frais de délivrance des certificats et autres documents par les vétérinaires officiels mentionnés à l’article L. 236-2-1. Elle correspond à la formule suivante :

« R = X x nombre de certificats.

« Le montant de X ne peut excéder 30 €. » ;

3° L’avant-dernier alinéa est complété par les mots et deux phrases ainsi rédigées : « , dans la limite du plafond fixé au I de l’article 46 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012. La délivrance des certificats et documents est subordonnée à la justification du paiement de la redevance correspondante à cet établissement, qui en assure le recouvrement selon le principe des recettes au comptant. Il assure également la rémunération de la personne mentionnée au b de l’article L. 236-2-1 ayant établi le certificat. »(Adopté.)

˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙

Article 31 octodecies
Dossier législatif : projet de loi de finances rectificative pour 2014
Explications de vote sur l'ensemble (début)

Article 31 tervicies

I. – Le ministre chargé des finances transmet chaque année au Parlement le compte rendu d’un audit externe et indépendant organisé sur :

1° Les opérations relatives à la gestion de la dette négociable et de la trésorerie de l’État, à la couverture des risques financiers de l’État et aux dettes transférées à l’État ;

2° L’incidence de ces opérations sur la charge de la dette ;

3° Le pilotage des risques financiers et les procédures prudentielles mis en œuvre pour ces opérations.

II. – (Non modifié)

M. le président. Je mets aux voix l'article 31 tervicies.

(L'article 31 tervicies est adopté.)

˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙

II. - GARANTIES

˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙˙

M. le président. Les autres dispositions du projet de loi ne font pas l'objet de la nouvelle lecture.

Vote sur l'ensemble

Article 31 tervicies
Dossier législatif : projet de loi de finances rectificative pour 2014
Explications de vote sur l'ensemble (fin)

M. le président. Avant de mettre aux voix l'ensemble du projet de loi, je donne la parole à M. Vincent Capo-Canellas, pour explication de vote.

M. Vincent Capo-Canellas. Monsieur le président, monsieur le secrétaire d’État, mes chers collègues, l’examen en nouvelle lecture de ce collectif budgétaire nous a permis de réaffirmer un certain nombre de positions assez largement partagées au Sénat, parfois sur toutes les travées – je m’en réjouis –, ainsi que des positions de la majorité sénatoriale qu’il nous semblait important de défendre. À l’évidence, cette nouvelle lecture a été utile.

Monsieur le secrétaire d’État, vous me permettrez de revenir brièvement, avec un peu de malice, sur l’un des propos que vous avez tenus aujourd'hui : vous nous avez confié que vous vous étiez habitué à ce que nous émettions des votes qui ne soient pas toujours conformes aux attentes du Gouvernement, mais c’est la loi de la démocratie ! En tout cas, vous avez salué notre attitude avec panache et je veux l’en remercier. De notre côté, nous avons aussi pris l’habitude que le Gouvernement ne nous écoute pas toujours comme nous souhaiterions qu’il le fît. (Sourires.)

Comme vous le savez, monsieur le secrétaire d’État, nous avons deux désaccords majeurs. Le premier porte sur le niveau d’imposition. Quant au second, il a trait à la compétitivité des entreprises : nous pensons que les mesures qui ont été prises jusqu’à présent à cet égard ne sont pas suffisamment efficaces, en termes tant de rythme que de calibrage.

Cette discussion a, me semble-t-il, permis d’éclairer les débats sur la question spécifique des allégements. À cet égard, je souhaite vous remercier une nouvelle fois, monsieur le secrétaire d’État, car vous avez bien voulu nous communiquer des éléments sur l’impact des taxations qui étaient à l’œuvre dans ce collectif.

On peut vous donner acte des mesures qui figuraient dans le premier collectif de 2014 : 6,5 milliards d’euros de moins pour les entreprises, 1,2 milliard d’euros de moins pour les ménages, auxquels il faut ajouter 3 milliards d’euros supplémentaires.

Toutefois, pourquoi revenir maintenant sur ces allégements à travers des mesures qui portent au contraire atteinte à la compétitivité ? Cela pose au moins un problème de lisibilité pour les entreprises, ainsi qu’un problème de stabilité fiscale. En effet, en moins de six mois, on est d’abord allé dans un sens, avant de faire quelques pas dans l’autre sens.

La question est de savoir comment on peut échapper à une forme de malédiction : bien sûr, il faut créer les conditions de la compétitivité, et donc alléger les charges, mais, dans le même temps, nous sommes confrontés au problème général de la réduction des déficits. Les gouvernements antérieurs ont eu, eux aussi, du mal à échapper à cette contradiction, dont il semblerait qu’elle soit toujours à l’œuvre.

La leçon à tirer est qu’il ne faut pas essayer d’augmenter la recette en augmentant les impôts ; c’est le point central. En l’occurrence, l’objectif du Gouvernement dans le projet de loi de programmation serait de passer de 44,7 % de prélèvements obligatoires à 44,4 %.

Nous avons tout de même noté que, depuis 2012, de très nombreuses mesures d’augmentation d’impôts ont été votées – on se situe à peine en dessous des 50 milliards d’euros. Je vous épargne l’inventaire à la Prévert auquel pourraient donner lieu ces différentes taxes. Évidemment, le CICE est passé derrière et, a minima, les 30 milliards d’euros qui l’accompagnent. Il nous semble toutefois que, globalement, si nous devions faire la somme des mesures adoptées depuis 2012, la balance pencherait du mauvais côté.

Ainsi, malgré les améliorations qui ont été apportées, y compris lors de cette nouvelle lecture, le groupe UDI-UC estime que ce projet de loi de finances rectificative n’est pas acceptable. Il votera donc contre ce texte. (Applaudissements sur les travées de l'UDI-UC et de l'UMP.)

M. le président. La parole est à M. Dominique de Legge.

M. Dominique de Legge. Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, nous avons entendu poursuivre le débat sur ce projet de loi de finances rectificative pour réaffirmer un certain nombre de positions fortes, dont certaines sont très largement partagées au sein de notre assemblée.

Cela me donne d’ailleurs à penser qu’il existe des divisions importantes au sein de la majorité nationale puisque, sur certains sujets, on constate un désaccord entre le Gouvernement, les députés socialistes et les sénateurs socialistes.

Si quelques éléments ont été retenus par l’Assemblée nationale, pour l’essentiel, le texte initial reste inchangé.

Monsieur le secrétaire d’État, nous espérions tous, – période de Noël oblige, tout le monde espère recevoir un cadeau ! –, mais sans trop y croire, avoir un interlocuteur un peu plus ouvert, de sorte que les positions consensuelles et unanimes du Sénat trouvent le début du commencement d’un écho auprès du Gouvernement.

Force est de constater que vous n’avez pas souhaité nous écouter et que vous êtes resté sur vos positions. Dans ces conditions, il est clair que les amendements adoptés largement cet après-midi par notre assemblée ont peu de chances de prospérer à l’Assemblée nationale. Vous portez la responsabilité de ce blocage.

En vérité, nous sommes étonnés du comportement du Gouvernement, que ce soit sur les textes financiers ou sur la réforme territoriale : même lorsqu’il y a unanimité au Sénat, le Gouvernement s’obstine à vouloir réintroduire ses dispositions, au mépris du travail sénatorial.

Nous ne pouvons pas cautionner ce projet de loi de finances rectificative. La prévision de croissance a été révisée d’un demi-point et vous n’en tirez aucun enseignement. Le déficit public s’aggrave, mais vous passez votre temps à nous répéter que vous le maîtrisez. Les recettes fiscales s’effondrent, tandis que la dépense publique et les prélèvements obligatoires sont en hausse. La dette ne cesse de filer.

Un point est, à nos yeux, assez révélateur de votre incapacité à tenir une ligne : répondant tout à l’heure sur l’amendement qui tendait à revenir sur la non-déductibilité de la taxe pesant sur les bureaux, le seul argument que vous avez trouvé à opposer, monsieur le secrétaire d’État, a consisté à mettre en avant les efforts que représentent le CICE et le pacte de responsabilité.

Mais à quoi sert-il, d’un point de vue économique, budgétaire et fiscal, de faire un effort en direction des entreprises au mois de juillet, pour, au mois de décembre, annuler cet effort en inventant de nouvelles taxes et de nouveaux impôts, en totale contradiction avec les déclarations du Président de la République, qui nous affirmait, voilà quelques jours, qu’il n’y aurait pas de nouveaux prélèvements ?

Du reste, monsieur le secrétaire d’État, nous savons que vous ne partagez pas ce point de vue puisque, quelques jours plus tard, vous avez déclaré que cet engagement n’était pas gravé dans le marbre et qu’il fallait s’attendre, hélas ! à ce que la hausse des prélèvements obligatoires se poursuive.

Pour toutes ces raisons, le groupe UMP votera contre ce projet de loi de finances rectificative. (Applaudissements sur les travées de l'UMP et de l'UDI-UC.)

M. le président. La parole est à M. Jean Germain.

M. Jean Germain. Monsieur le secrétaire d’État, mes chers collègues, je vais essayer de résumer le débat.

Pour ce faire, je vais reprendre les propos que tenait voilà quelques jours le rapporteur général, à l’issue de la première lecture, alors que les circonstances n’étaient pas vraiment différentes puisque les propositions du Gouvernement sont les mêmes, que l’Assemblée nationale a repris un certain nombre de nos propositions et que nous avons voté la plupart des amendements déposés par les uns et les autres.

M. de Montgolfier avait alors déclaré qu’il était possible de faire deux lectures du projet de loi de finances rectificative issu des travaux du Sénat. On pouvait en être insatisfait, et il visait ceux qui ne se retrouvaient pas à 100 % dans le texte. Pour sa part, il préférait retenir « une seconde lecture de ce texte : la satisfaction, qui vient d’être exprimée sur plusieurs travées, d’avoir fait un travail utile sur un certain nombre de sujets majeurs. Le Sénat a su envoyer des messages, qu’il s’agisse de la liberté locale dans la fixation des taux […] ou du reversement des attributions de compensation des EPCI. »

En conclusion, il indiquait qu’il voterait ce texte.

Notre collègue Vincent Capo-Canellas, quant à lui, se félicitait du bon travail mené par le Sénat, un certain nombre des amendements du groupe UDI-UC ayant été adoptés, avant de conclure : « C’est donc au bénéfice des amendements que le groupe UDI-UC votera ce projet de loi de finances rectificative ainsi modifié. »

Que s’est-il donc passé en quelques jours ?

Notre collègue Dominique de Legge a parlé d’un effet « père Noël ». J’aurais bien un autre nom à mettre à la place de Noël, mais je ne le ferai pas, chacun sachant très bien qui est ce personnage qui est venu dernièrement au Sénat. (Sourires.) Il y aurait donc un effet « père… ». On aura deviné ce que je veux dire. (Nouveaux sourires.)

Pour notre part, nous restons sur notre ligne, ce qui permettra à mon collègue Éric Bocquet de nous fustiger, mais, comme je sais qu’il le fera amicalement, sans trop y croire, je ne m’en offusquerai pas.

Nous ne changerons pas de position. Ce projet n’est pas totalement le nôtre, car il a été quelque peu modifié par la majorité sénatoriale, mais un certain nombre de points que nous défendons y sont repris.

Le Gouvernement sait qu’il a notre soutien, (Exclamations sur les travées de l'UMP.), et il nous paraît important que ce collectif budgétaire soit voté, car, finalement, quel est le résultat de cette nouvelle position de nos collègues de la majorité sénatoriale « constructive et pragmatique » ? Ils vont repousser un texte qui contient encore plus de dispositions qui leur conviennent, à cause de l’effet « père... » ! (Sourires.)

Certes, nous savons que nous devons travailler pour encore progresser. Le dernier mot va maintenant revenir à l’Assemblée nationale. Le Gouvernement sait qu’il a notre soutien, mais il sait aussi que nous sommes totalement en désaccord sur la majoration de la TASCOM, pour les raisons que nous avons développées.

Par ailleurs, nous comprenons les réserves du Gouvernement sur les propositions que nous avons faites en faveur des PME, même s’il nous semble que la réindustrialisation de la France doit prévaloir sur les aspects comptables.

Monsieur le secrétaire d’État, mes chers collègues, le groupe socialiste votera ce projet de loi de finances rectificative. (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste.)

M. le président. La parole est à M. Éric Bocquet.

M. Éric Bocquet. Chers collègues du groupe socialiste, je salue votre cohérence. Pour notre part, nous confirmerons notre vote contre, mais l’événement du jour se passe bien de l’autre côté de l’hémicycle : j’ai bien écouté les explications de Vincent Capo-Canellas et de Dominique de Legge, et j’avoue que j’ai un peu de mal à comprendre leurs contorsions… C’est votre affaire, chers collègues, mais on est en droit de s’interroger sur ce qui s’est passé entre samedi dernier et aujourd’hui. (Sourires.)

En ce qui nous concerne, en votant contre, nous nous sentirons moins seuls qu’il y a quatre jours. (Nouveaux sourires.)

M. Philippe Dallier. Entre-temps, il y a quand même eu la CMP !

M. le président. La parole est à M. Jean-Claude Requier.

M. Jean-Claude Requier. Le RDSE votera majoritairement ce collectif, car, en bons élèves, nous ne souhaitons pas pratiquer la politique de la feuille blanche.

À nous de défendre nos propositions auprès des députés. Nous verrons ce qu’ils en feront, mais je regrette que le Sénat ne vote pas ce texte. (M. Bernard Lalande applaudit.)

M. le président. Personne ne demande plus la parole ?...

Je mets aux voix l'ensemble du projet de loi de finances rectificative pour 2014.

En application de l'article 59 du règlement, le scrutin public ordinaire est de droit.

Il va y être procédé dans les conditions fixées par l'article 56 du règlement.

Le scrutin est ouvert.

(Le scrutin a lieu.)

M. le président. Personne ne demande plus à voter ?…

Le scrutin est clos.

J'invite Mmes et MM. les secrétaires à procéder au dépouillement du scrutin.

(Il est procédé au dépouillement du scrutin.)

M. le président. Voici, compte tenu de l’ensemble des délégations de vote accordées par les sénateurs aux groupes politiques et notifiées à la présidence, le résultat du scrutin n° 77 :

Nombre de votants 340
Nombre de suffrages exprimés 324
Pour l’adoption 121
Contre 203

Le Sénat n'a pas adopté.

Explications de vote sur l'ensemble (début)
Dossier législatif : projet de loi de finances rectificative pour 2014
 

6

Loi de finances pour 2015– Programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019

Rejet en nouvelle lecture de deux projets de loi

M. le président. L’ordre du jour appelle la discussion, en nouvelle lecture, du projet de loi de finances, adopté par l’Assemblée nationale en nouvelle lecture, pour 2015 (projet n° 190, rapport n° 194, résultat des travaux de la commission n° 197), et du projet de loi, adopté par l’Assemblée nationale en nouvelle lecture, de programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019 (projet n° 192, rapport n° 196).

La conférence des présidents a décidé que ces deux textes feraient l’objet d’une discussion générale commune.

Dans la discussion générale commune, la parole est à M. le secrétaire d’État.

 
 
 

M. Christian Eckert, secrétaire d'État auprès du ministre des finances et des comptes publics, chargé du budget. Monsieur le président, madame la présidente de la commission des finances, monsieur le rapporteur général, mesdames, messieurs les sénateurs, je ne peux m’empêcher de réagir à ce qui vient de se produire à l’issue de la discussion du projet de loi de finances rectificative pour 2014 et qui me paraît assez surprenant. Bien entendu, j’en prends acte, car cela relève de la responsabilité de chacun.

J’ai entendu M. le rapporteur général, au début de l’examen du texte précédent, se réjouir des apports du Sénat, dont beaucoup avaient été repris par l’Assemblée nationale.

J’ai pu observer que la plupart des amendements présentés cet après-midi ont été adoptés par la Haute Assemblée.

Aussi, je suis fort surpris de constater que le texte est repoussé aujourd’hui, alors qu’il avait été approuvé la semaine dernière !

Pardonnez-moi de le dire ainsi : tout ça pour ça !

Il eût été plus cohérent d’adopter une motion tendant à opposer la question préalable.

Le Gouvernement respecte le fonctionnement du Parlement, mais j’avoue que je n’en suis plus à un sujet d’étonnement près…

M. Daniel Raoul. Nous non plus !

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. En effet, s’agissant du projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019, vous l’aviez adopté mais après l’avoir vidé de l’essentiel de son contenu !

Nous disons parfois entre nous qu’une loi de programmation regroupe des chiffres et des lettres : la partie « chiffres » décrit la trajectoire des finances publiques et la partie « lettres » comprend les mesures de gouvernance. La partie chiffrée est généralement celle qui attire l’attention des observateurs, qu’il s’agisse de la commission des finances, des économistes, des agences de notation, des Français eux-mêmes – au moins de ceux qui sont le plus préoccupés par ces chiffres –, de la presse économique, des prévisionnistes de tout poil. Or vous aviez adopté un texte où la partie relative à la trajectoire des finances publiques avait été supprimée. C’était déjà une source d’étonnement !

Quant au projet de loi de finances pour 2015, en première lecture, vous l’aviez approuvé en rejetant les crédits de neuf missions et en créant un solde excédentaire totalement artificiel de près de 30 milliards d’euros, supprimant au passage la paie de nombreux enseignants, chercheurs, militaires…

M. Albéric de Montgolfier, rapporteur général de la commission des finances. C’est aussi ce qu’avait fait Nicole Bricq, il y a quelques années !

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. Excusez-moi si je vous provoque un peu. Les débats se sont plutôt bien passés jusqu’à présent… (M. Philippe Dallier s’exclame.)

Si vous me le permettez, je reprendrai l’exemple des crédits de la mission « Recherche et enseignement supérieur », puisque j’ai assisté aux débats. Vous avez réintroduit les crédits dont vous déploriez l’absence, mais vous avez rejeté l’ensemble de la mission !

Mme Michelle Meunier. C’est incohérent !

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. C’est tout de même assez surprenant de la part de gens qui se veulent constructifs ! On a connu mieux…

M. Jean Desessard. Ils ne sont pas prêts à gouverner ! (Rires et applaudissements sur les travées du groupe socialiste.)

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. Chacun y trouvera son compte, chacun fera son marché !

Il est vrai que certaines dispositions, que d’aucuns jugeront importantes, voire fondamentales, et que d’autres estimeront secondaires, ont pu être retenues par l’Assemblée nationale en nouvelle lecture et le seront peut-être in fine en lecture définitive.

A contrario, je citerai l’exemple de l’amendement défendu par M. Maurice Vincent tout à l’heure et qui a été adopté par la quasi-unanimité des membres de votre assemblée, à ce que j’ai cru comprendre. Les règles constitutionnelles applicables aux textes financiers font que, puisque vous avez rejeté le texte, cet amendement ne pourra pas être retenu. C’est pourquoi je me suis permis de dire : « Tout ça pour ça ! »

M. Francis Delattre. On n’allait pas voter 15 milliards d’euros de déficit supplémentaire !

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. Vous faites ce que vous voulez ! Je suis resté calme et silencieux pendant l’ensemble du débat, mais permettez-moi de vous dire que, au regard de votre ambition de participer de manière constructive à l’élaboration de la loi, votre comportement a de quoi surprendre !

Venons-en à quelques remarques préalables à l’examen du projet de loi de finances pour 2015 et du projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019.

Je crois qu’il serait bon que nous fassions preuve d’un peu plus d’optimisme. J’ai entendu dire tout à l’heure que la situation était catastrophique. Si je regarde ce qu’étaient les déficits publics en 2010 et ce qu’ils sont aujourd’hui, je constate qu’ils ont réduit de moitié. Ce n’est pas suffisant, certes !

M. Francis Delattre. Plus 15 milliards !

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. En 2010, c’était normal, aujourd’hui, c’est catastrophique ! J’ai du mal à comprendre…

Monsieur Delattre, vous avez dit que la dépense publique continuait d’augmenter. C’est vrai pour l’ensemble de la dépense publique, mais les dépenses de l’État diminuent. Toutes dépenses publiques confondues, on constate une augmentation de 11 milliards d’euros ou de 12 milliards d’euros…

M. Francis Delattre. Non, de 16 milliards d’euros !

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. À ce stade, je vous accorde 15 milliards d’euros. Savez-vous quel était son rythme d’augmentation lorsque votre sensibilité politique était au gouvernement ?

M. Francis Delattre. Je n’étais pas sénateur !

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. Chacun appréciera votre réponse ! Si vous n’étiez pas sénateur, vous pouvez consulter les archives !

À l’époque, la dépense publique augmentait en moyenne de plus de 30 milliards d’euros chaque année. Chacun s’accorde à reconnaître que la dépense publique n’a jamais aussi peu augmenté qu’aujourd’hui, mais on dit que la situation est catastrophique ! Tous les quolibets sont permis, on parle de dérapage, d’explosion, etc.

Je crois que nous devrions faire preuve d’un peu plus d’optimisme, y compris en termes d’hypothèses de croissance. Nous allons connaître prochainement un certain nombre de chiffres de l’INSEE, je vous laisserai les commenter, mais tous les observateurs considèrent que le taux de croissance de 0,4 % qui figure dans le projet de loi de finances rectificative sera atteint. Je peux vous le dire puisque nous suivons la dépense au jour le jour en cette période de clôture des comptes – et tous les observateurs le pensent – la limite de 4,4 % du PIB pour le déficit sera respectée…

M. Francis Delattre. Le déficit, au moins, il est sûr !

M. Christian Eckert, secrétaire d'État. … et que la dépense sous la norme sera tenue comme nous l’avons indiqué. Nous aurons l’occasion d’en tirer les conséquences au moment de l’examen du projet de loi de règlement.

Nous nous sommes livrés à un exercice très simple, consistant à comparer les PIB des grands pays européens de 2008 et de 2014. En moyenne, dans la zone euro, le PIB a diminué de 2,2 %. La Grande-Bretagne vient de retrouver, il y a quelques semaines, le même niveau de PIB qu’en 2008, soit une variation de 0 %. En Italie, le PIB a baissé de 9 %, en Espagne de 6 %...

M. Francis Delattre. Dans ces pays, on a fait des réformes !

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. Seuls deux pays ont vu leur PIB augmenter entre 2008 et 2014 : l’Allemagne, qui enregistre une hausse de 3 %, et la France, avec une hausse de 1,5 %.

Quand le PIB moyen dans la zone euro baisse de plus de 2 %, alors que celui de la France augmente de 1,5 % et que ce taux la place au deuxième rang de la liste que je viens de citer, il ne s’agit pas forcément d’une catastrophe, monsieur le sénateur, même si nous pouvons toujours faire mieux – et nous cherchons à faire mieux !

J’aimerais donc contribuer à casser cet état d’esprit qui est à l’œuvre lorsqu’on répète en permanence que nous sommes au bord du gouffre. Depuis six mois, on nous annonce des sanctions de la Commission européenne : je n’en ai pas encore vu la moitié du quart ! Depuis six mois, on nous annonce que le Gouvernement n’arrivera pas à faire adopter son budget et devra recourir au vote bloqué, au 49-3, et à tout l’arsenal législatif à sa disposition : je n’en ai rien vu !

M. Vincent Capo-Canellas. C’était à cause des frondeurs !

M. Christian Eckert, secrétaire d’État. Bien sûr, monsieur le sénateur, et j’assume cela !

On nous a annoncé des catastrophes de tous ordres, mais, pour l’instant, si nos résultats économiques sont fragiles, si la situation sociale est difficile, la situation budgétaire est en amélioration par rapport à celle que nous avons trouvée et nous souhaitons l’améliorer davantage. La trajectoire que nous prévoyons est tout à fait prudente et intègre les 3,6 milliards d’euros d’économies que j’ai évoqués ; pour beaucoup, ce sont des économies constatées, certaines correspondent à des mesures nouvelles, je vous l’accorde, mais certaines seulement.

Tout cela ne doit pas masquer ce qui a été le cœur de la politique économique et fiscale du Gouvernement depuis six mois. Je le répète, cet été, le Parlement a voté 4,5 milliards d’euros d’allégements de cotisations sociales pour les entreprises, et ces allégements entreront en vigueur au 1er janvier 2015. Il a voté 1 milliard d’euros de réductions de cotisations sociales pour les travailleurs indépendants. Il a encore voté 1 milliard d’euros d’allégement de la contribution sociale de solidarité des sociétés, la C3S, en commençant par les deux tiers des 300 000 entreprises concernées, à savoir les plus petites.

L’année précédente, le Parlement avait voté le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, dont vous dites que c’est une usine à gaz, mais que toutes les entreprises commencent à apprécier, estimant qu’il n’est pas plus compliqué que les exonérations Fillon, puisqu’il est calé sur la même assiette, et que son taux passera de 4 % cette année à 6 % l’année prochaine.

Pour les ménages, une réduction d’impôt sur le revenu de 1,2 milliard d’euros a été votée au mois de juillet et vous allez peut-être voter un allégement d’impôt de 3 milliards d’euros en 2015, sur la base des revenus de 2014.

Bien sûr, vous pouvez dire que nous allons imposer une charge supplémentaire de 200 millions d’euros à la grande distribution, que c’est considérable et que cela constitue un reniement. Mais cette mesure ne doit pas masquer l’essentiel de la politique qui est appliquée : contenir les dépenses, réduire les prélèvements, avec les difficultés qui en résultent pour respecter l’équilibre budgétaire, compte tenu des engagements pris par la France à l’égard de ses partenaires européens.

Tel est l’objet du projet de loi de finances pour 2015 et du projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019. Ce dernier intègre tous les éléments qui ont été votés à ce stade dans les différents textes financiers qui nous ont donné le plaisir de quelques joutes verbales, ces derniers jours et ces dernières nuits. (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste. – M. Jean Desessard applaudit également.)