Allez au contenu, Allez à la navigation

MELLINET Émile

Ancien sénateur du Second Empire

  • IInd Empire

    Ancien sénateur du
    Second Empire

Election

  • Elu le 15 mars 1865
  • Fin de mandat le 4 septembre 1870

Extraits de la table nominative :

1865 , 1866 , 1867 , 1868 , 1869 , 1869EO , 1870

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)

avant 1889

MELLINET (ÉMILE), sénateur du Second Empire, né à Nantes (Loire-Inférieure) le 1er juin 17981, fils d'un général du premier Empire et petit-fils du précédent, reçut les épaulettes de sous-lieutenant en 1815, et fut blessé sous Metz, la même année. Il prit part, en qualité de lieutenant, à la guerre d'Espagne en 1823, et se signala pendant le siège de Saint-Sébastien, où Il fut de nouveau blessé. Chef de bataillon en 1840, envoyé en Afrique l'année suivante, il assista à l'expédition du Chéliff en 1842, et à celle de Mostaganem en 1845, où il délit Bou- Maga sous les murs de cette ville. Colonel en 1846, et commandant de la subdivision de Sidi- bel-Abbès, il contribua à la fondation de cette ville, fut rappelé en France après 1848, promu général de brigade le 2 décembre 1850, envoyé à Lyon, à l'état-major de Castellane, puis appelé au commandement d'une brigade de voltigeurs lors de la création de la garde impériale. Au mois d'avril 1855, il rejoignit l'armée d'Orient, fut blessé à la première attaque de Malakoff (18 juin), et promu, en récompense de sa bravoure, général de division quatre jours après (22 juin). A son retour en France, il fut mis à la tête d'une division de la garde impériale, et nommé, en 1856, grand-officier de la Légion d'honneur. Dans la guerre d'Italie, il se distingua à Magenta et à Solferino. Grand-croix de la Légion d'honneur le 17 juin 1859, il fut appelé, le 23 octobre 1863, au commandement supérieur de la garde nationale de la Seine, entra au Sénat le 15 mars 1865, et, en juin suivant, fut élu grand-maître de la franc- maçonnerie en remplacement du maréchal Magnan. I1 donna sa démission de la garde nationale en 1869 et de sa dignité dans la franc-maçonnerie l'année suivante, et fut admis à la retraite, comme général de division, le 1er septembre 1878. La général Mellinet, qui se piquait de dilettantisme, donna ses soins à l'amélioration des musiques militaires et à l'organisation des sociétés chorales.

1 Décédé le 21 janvier 1894 à Nantes (Loire-Inférieure), dans Jean TULARD (dir.),

Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995, p. 804.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Le Sénat vers 1870
Etat-civil
Né le 1er juin 1798
Décédé le 20 janvier 1894
Profession
Général
  • Mis à jour le 15 janvier 2019