Allez au contenu, Allez à la navigation

CAVILLON Edmond

Ancien sénateur de la Somme

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 30 mai 1926
  • Réélu le 9 janvier 1927
  • Fin de mandat le 13 janvier 1936 ( Non réélu )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

CAVILLON (EDMOND), né à Airaines (Somme) le 6 août 1875, mort à Airaines le 25 mai 1957.

Sénateur de la Somme de 1926 à 1936.

Industriel, agriculteur et éleveur, administrateur des établissements Deneux, de plusieurs sociétés textiles et de blanchisseries, président de l'union syndicale des tissus et matières textiles, c'est après avoir acquis une longue expérience des affaires qu'Edmond Cavillon fut élu, en 1919, conseiller général de la Somme pour le canton de Molliens-Vidame. Il le demeura jusqu'en 1940. Il fut maire d'Hallencourt de 1913 à 1919 et conseiller municipal Airains de 1919 à 1925. Son dévouement aux intérêts de sa région lui valut d'être élu le 30 mai 1926, sénateur de la Somme, à l'occasion d'une élection partielle, en remplacement de M. Thuillier-Buridard, décédé le 10 mars, par 671 voix contre 561 à M. Dubois sur 1.298 votants, au troisième tour de scrutin.

Il se fit inscrire au groupe de l'Union démocratique radicale.

Il conserva son mandat au renouvellement triennal du 9 janvier 1927, au premier tour de scrutin, par 808 voix sur 1.302 votants.

Siégeant aux Commissions de l'armée, des douanes et conventions commerciales, des départements libérés de l'invasion, de l'aéronautique commerciale, il parla dans la discussion : du projet de loi sur les assurances sociales (1927), du projet de loi sur l'organisation générale de la nation pour le temps de guerre (1928), déposa des amendements au projet de loi relatif à diverses conventions douanières (1928), participa à la discussion : des projets de loi concernant l'accord franco-suisse (1928), du budget de l'exercice 1929 (chemins de fer), de l'article 60 A de la loi de finances relatif à l'indemnité parlementaire (1928) ; du projet de loi relatif aux incompatibilités parlementaires (1928) ; il déposa une demande d'interpellation sur les inconvénients que présentent pour l'économie nationale certaines taxes qui frappent la production agricole et industrielle (1929), parla dans la discussion de crédits supplémentaires (1929) ; de la proposition de loi sur les ententes interdépartementales (1929), du projet de loi sur la tuberculose des bovidés (1929), du remboursement des dettes de la France à ses alliés (1929), de la révision des baux à. longue durée (1929) et du projet de loi portant dégrèvement d'impôts (1929).

Il déposa en outre deux rapports : l'un sur l'admission temporaire des tissus d'alpaga (1928) ; le second sur la convention signée entre la France et la Grèce (1929).

En 1930, il parla, à plusieurs reprises, au cours des débats qui eurent pour objet la modification de la loi du 5 avril 1928 sur les assurances sociales, intervint dans la discussion du budget de la justice, du budget des Beaux-arts, du budget des travaux publics et du budget de l'agriculture, ainsi que dans la discussion de la loi de finances. Il déposa une demande d'interpellation sur la crise économique et la loi des assurances sociales.

En 1931, il demanda à interpeller le Gouvernement sur la production linière, développa cette interpellation et déposa un ordre du jour motivé. Il intervint, en outre, dans la discussion : du budget du travail, de la loi de finances (art. 67- blanchisseries militaires). Il déposa avec MM. Caillaux. Henry Bérenger et Dalbiez une demande d'interpellation sur les relations de la France et de l'U.R.S.S. et demanda à interpeller le Gouvernement sur la création dans la baie de la Somme d'un champ de tir d'aviation. Il se fit entendre dans la discussion des interpellations sur la balance commerciale et déposa en fin de débat un ordre du jour avec plusieurs de ses collègues. Il demanda encore à interpeller sur la défense du crédit public et intervint pour retirer cette demande. Il déposa un amendement au projet de loi portant amnistie, et fut chargé d'un rapport sur la cession à la ville de Boulogne-sur-Mer de terrains provenant des anciennes fortifications.

En 1932, on l'entendit dans la discussion générale sur l'organisation du suffrage universel pour les élections législatives : sur le budget (guerre, poudres et salpêtres, loi de finances), sur le compte spécial de compensation pour produits finis de l'industrie, sur les bouilleurs de cru, sur la convention franco-belge concernant l'impôt sur le chiffre d'affaires et la taxe de transmission, sur la pollution et la conservation des eaux, sur les pénalités pour retard dans les reprises d'alcool imposées aux importateurs d'essence, sur l'élection des membres des tribunaux de commerce.

En 1933, il déposa une proposition de résolution tendant à la nomination d'une Commission concernant les départements libérés de l'invasion et une proposition de loi sur l'élection des membres des tribunaux de commerce. Il parla sur l'article 50 d'un projet collectif de crédits relatif à l'impôt dû par les sociétés. Il déposa une demande d'interpellation sur la suppression des chevaux ou mulets de l'armée. Il intervint plusieurs fois dans la discussion de la loi de finances (taxes postales, culture du lin et du chanvre, pensions de retraites des travailleurs, taxe sur l'essence). Il déposa deux amendements sur une proposition de loi concernant la propriété commerciale et rapporta le budget du travail.

En 1934, il déposa un amendement, sur les assurances sociales, à la loi de finances et le soutint en séance publique ; présenta des observations sur la modification par décret du tarif douanier, s'efforça d'amender les propositions de loi sur la protection de l'épargne et rapporta encore le budget du travail.

Le 10 janvier 1935, il fut élu Secrétaire du Sénat. Il déposa, au nom de la Commission des finances des avis sur les propositions de loi concernant les sociétés de secours mutuels et sur les projets de loi relatifs à l'organisation définitive des services de la Caisse générale de garantie aux pensions de vieillesse et d'invalidité et aux anciens assurés des retraites ouvrières et paysannes. Il parla sur les magasins à prix unique, sur l'exportation des automobiles françaises et sur le Conseil supérieur des assurances sociales. Il présenta une proposition de loi tendant à aggraver la répression des actes d'espionnage. Il expliqua son vote sur le projet de loi relatif aux pouvoirs exceptionnels. Il parla encore dans la discussion de la loi de finances, sur l'imposition d'après le bénéfice réel et sur la prime à la culture du lin.

Il se représenta aux élections sénatoriales à l'occasion du renouvellement triennal du 20 octobre 1935, mais ne fut pas réélu, n'ayant obtenu au troisième tour de scrutin, que 583 voix sur 1.314 votants.

Il fut conseiller du commerce extérieur de la France, président de l'Office public départemental d'habitations à bon marché de la Somme, Commissaire aux comptes de la Société anonyme de crédit immobilier de la Somme, vice-président de la Société nationale des conférences populaires.

Il fut aussi président de l'intergroupe sénatorial de défense économique qu'il avait fondé, président d'honneur du cercle républicain et président de l'amicale du Sénat.

Il était titulaire de la Croix de guerre 1914-1918 et Commandeur de la Légion d'honneur, Officier de l'instruction publique, Officier du Mérite agricole, etc. Il mourut le 25 mai 1957, dans sa commune natale. Il était âgé de 82 ans.

Ses obsèques furent célébrées en l'église abbatiale Airains le 29 mai, au milieu d'une grande assistance.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

CAVILLON (Edmond)

Né le 6 août 1875 à Airaines (Somme)

Décédé le 25 mai 1957 à Airaines

Sénateur de la Somme de 1926 à 1936

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, Tome III, p. 910 à 912)

Après son échec aux sénatoriales d'octobre 1935, Edmond Cavillon se retire de la vie politique, pour se consacrer à la gestion de ses affaires industrielles.

Il meurt dans son village natal, le 25 mai 1957.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Edmond CAVILLON, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 6 août 1875
Décédé le 25 mai 1957
Profession
Industriel
Département
Somme
  • Mis à jour le 25 octobre 2014