Allez au contenu, Allez à la navigation

PERCHOT Justin

Ancien sénateur des Basses-Alpes

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 7 janvier 1912
  • Réélu le 9 janvier 1921
  • Fin de mandat le 14 janvier 1930 ( Non réélu )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

PERCHOT (LOUIS, Justin), né le 9 septembre 1867 à Gézier (Haute-Saône).

Député des Basses-Alpes de 1910 à 1912.

Sénateur des Basses-Alpes de 1912 à 1929.

Fils de cultivateurs, Justin Perchot fit de brillantes études qui le menèrent jusqu'à l'Ecole normale supérieure. Lors de son passage à la rue d'Ulm, il acquit une solide formation scientifique et, comme beaucoup, le goût des idées de gauche. Spécialisé en astronomie, il conquit son doctorat ès-sciences et commença une carrière dans l'enseignement. Toutefois, bien vite, il préféra aux recherches spéculatives l'activité productrice de l'industriel et devint entrepreneur de travaux publics. C'est alors qu'il se lança dans la politique active et qu'il se présenta à la députation. Election sensationnelle d'une certaine manière puisqu'il s'agissait pour lui d'affronter, à Castellane, le fameux Boni de Castellane, dandy et député nationaliste, qu'il battit au second tour, le 8 mai 1910, par 2.100 voix contre 1.771. Membre de la commission de législation fiscale, il prit la parole lors de la discussion du budget de 1911 sur la question des droits de succession en ligne directe.

Mais c'est surtout comme sénateur qu'il se manifesta. En effet, dès 1912, il fit acte de candidature à la Haute Assemblée et il fut élu le 7 janvier, au troisième tour, par 314 voix sur 408 votants et 371 suffrages exprimés, lors d'une élection partielle.

Inscrit au groupe de la gauche démocratique, radicale et radicale-socialiste, il intervint à de nombreuses reprises sur des questions d'ordre économique et social. A raison des circonstances, c'est aux mesures nécessitées par le déroulement de la guerre qu'il porta un intérêt particulièrement actif : pupilles de la Nation, orphelins de guerre, crédits aux petits et moyens commerçants et industriels mobilisés, taxation des denrées et substances nécessaires à l'alimentation, au chauffage et à l'éclairage, taxation des bénéfices de guerre, marchés et fabrications de guerre, sans parler des questions touchant de plus près sa région : aménagement du Rhône et de la Durance.

Sa compétence reconnue en ces matières le fit nommer membre du conseil supérieur de l'Office national des pupilles de la Nation ainsi que de la commission chargée d'étudier les questions intéressant les départements libérés et de diverses commissions spécialisées, telle celle des faits de guerre. Membre de la commission des finances à partir de 1919, il entre également en 1920 à celle des chemins de fer.

Réélu en 1921, il se consacre essentiellement à ce qu'on n'appelait pas encore « l'aménagement du territoire ». Il fut membre de la commission des chemins de fer, des transports, de l'outillage national, des travaux publics, des mines et enfin de celle des colonies.

Toutefois, en 1922, son activité politique se trouva interrompue par le krach de la Banque industrielle de Chine dont il était administrateur. La banque, à la suite de difficultés, s'étant trouvée en état de cessation de paiements, avait été renflouée par l'Etat en 1922 mais les membres du conseil d'administration furent l'objet d'une information judiciaire et inculpés pour distribution de dividendes fictifs destinés à tromper l'opinion publique sur sa situation réelle. Justin Perchot demanda lui-même, et obtint du Sénat, la levée de son immunité parlementaire afin de se disculper devant la justice. L'affaire, au reste, n'eut guère de suites. Après la victoire électorale du cartel en 1924, une amnistie fut votée qui, entre autres, s'y appliquait, et lorsqu'on ouvrit le dossier de l'enquête, on fut paraît-il étonné de son vide. Poincaré en convint lui-même. D'ailleurs des scandales financiers autrement graves devaient par la suite solliciter l'opinion.

En 1925, Perchot intervint dans la discussion du budget mais il fallut attendre 1928 pour le voir faire sa vraie rentrée politique : il intervient dans la discussion du projet de loi sur l'organisation générale de la nation en temps de guerre et dépose divers rapports au nom de la commission des travaux publics, notamment sur une proposition de loi relative aux causes du déficit des chemins de fer ; en 1929, il interpelle le gouvernement sur sa politique les concernant et sur la politique agricole. Rentrée sans lendemain : aux élections du 20 octobre 1929, il fut battu dès le premier tour par Pierre de Courtois, n'obtenant que 123 voix contre 231 à ce dernier, sur 405 votants et 404 suffrages exprimés.

Il rentra dès lors dans la vie privée et se consacra à la direction de son entreprise, les Forges et Ateliers de Commentry-Oissel dont il était le président et le directeur.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

PERCHOT (Louis, Justin)

Né le 9 septembre 1867 à Gézier (Haute-Saône)

Décédé le 7 septembre 1946 à Ville d'Avray (Seine-et-Oise)

Député des Basses-Alpes de 1910 à 1912

Sénateur des Basses-Alpes de 1912 à 1929

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires 1889-1940, tome VII, p. 2640)

Rentré dans la vie privée, Louis Perchot se consacre à la direction de son entreprise. Il meurt à Ville d'Avray le 7 septembre 1946 à l'âge de 79 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Justin PERCHOT, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 9 septembre 1867
Profession
Industriel
Département
Basses-Alpes
  • Mis à jour le 24 novembre 2014