Allez au contenu, Allez à la navigation

DESCOMPS Paul-Emile

Ancien sénateur du Gers

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 7 novembre 1948
  • Réélu le 19 juin 1955
  • Fin de mandat le 26 avril 1959 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

DESCOMPS (Paul-Emile)

Né le 7 juillet 1892 à Gimont (Gers)

Décédé le 7 juillet 1964 à Lectoure (Gers)

Sénateur du Gers de 1948 à 1958

Après des études secondaires au lycée d'Auch, Paul-Emile Descomps obtient sa licence en droit à Toulouse.

Mobilisé lors de la première guerre mondiale, il la termine avec la Croix de guerre, assortie de deux citations. De retour à la vie civile, il entre, comme surveillant général, à l'Education nationale ; il est nommé d'abord à Vannes, puis à Castres.

Engagé dans les rangs de la SFIO, il est alors élu premier adjoint au maire de Castres, en 1926, et occupe le secrétariat général du syndicat des professeurs adjoints de collège de 1926 à 1930. En 1934, il est nommé censeur du lycée d'Auch.

C'est après la Libération que sa carrière politique prend son plein essor : élu conseiller général du canton de Fleurance, il préside le conseil général du Gers de 1945 à 1949, et accède à la mairie d'Auch en octobre 1947. Il préside alors l'Association des maires du Gers.

Cette forte implantation locale lui vaut d'être élu au Conseil de la République dès le premier tour de scrutin du 7 novembre 1948 : en tête de la liste SFIO, qui remporte finalement les deux sièges à pourvoir, il obtient alors 376 voix sur 750 suffrages exprimés.

Membre du groupe socialiste, il siège à la Commission des affaires économiques, et à celle du suffrage universel.

Cependant, l'essentiel de son activité est consacrée à la gestion locale, et ses principales interventions sont consacrées à son département : ainsi intervient-il en séance publique en janvier 1951 dans le débat consécutif à la sa question orale sur l'alimentation en eau du département du Gers. Il prend part également à diverses discussions financières, ainsi qu'au projet de loi relatif à l'élection des membres de l'Assemblée nationale.

En juin 1952, il quitte la Commission des affaires économiques pour celle de l'éducation nationale, et intervient sur les dépenses de fonctionnement de ce ministère pour 1953, ainsi que sur les rentrées scolaires de 1953 et 1954, et les projets de budget de l'éducation pour 1954 et 1955.

Aux élections municipales de mai 1953, il est réélu à la mairie d'Auch et conserve son mandat de conseiller général de Fleurance en avril 1955.

Aussi, lors des élections sénatoriales du 19 juin 1955, est-il facilement réélu en tête de la liste SFIO, qui conserve les deux sièges du Gers ; lui-même obtient, au second tour, 405 voix sur 753 suffrages exprimés.

Il est alors élu vice-président de la Commission du suffrage universel, et siège également à la Commission de coordination permanente de la recherche scientifique et du progrès technique.

En 1956 et 1957, il dépose successivement deux propositions de résolution tendant à inviter le gouvernement à venir en aide aux exploitants agricoles du Gers, victimes d'orages de grêle.

Le 2 juin 1958, il vote contre les pleins pouvoirs, mais pour la révision constitutionnelle lors du scrutin du lendemain.

Il échoue à conserver son siège lors des sénatoriales du 26 avril 1959.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Paul-Emile DESCOMPS,
Appartenance politique
Groupe Socialiste
Etat-civil
Né le 7 juillet 1892
Décédé le 7 juillet 1964
Profession
Censeur de lycée
Département
Gers