Allez au contenu, Allez à la navigation

DIA Mamadou

Ancien sénateur du Sénégal

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 14 novembre 1948
  • Réélu le 18 mai 1952
  • Fin de mandat le 7 février 1956 (Démission (élu(e) député))

Extraits de la table nominative :

1949 , 1950 , 1951 , 1952 , 1953 , 1954 , 1955

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

DIA (Mamadou, Moustapha)

Né le 18 juillet 1910 à Khombole (Sénégal)

Sénateur du Sénégal de 1948 à 1956

Député du Sénégal de 1956 à 1958

D'origine paysanne, Mamadou Dia est né à Khombole, dans le cercle de Thiès, le 18 juillet 1910 (ou vers 1910, comme le porte le jugement supplétif du tribunal de Khombole en date du 31 mai 1954). Ancien élève de l'école primaire supérieure Blanchot à Saint-Louis puis de l'Ecole normale William Ponty, titulaire du baccalauréat, il exerce les fonctions d'instituteur puis de directeur d'école. Il poursuit des études supérieures en sciences économiques à l'université de Paris.

Membre du Grand conseil de l'A.O.F. depuis 1947, secrétaire général du Bloc démocratique sénégalais depuis 1948, Mamadou Dia est élu sous cette étiquette au Conseil de la République le 14 novembre 1948 par 18 voix sur 48. De nouveau candidat du B.D.S. le 18 mai 1952, il est reconduit au Sénat par 15 voix sur 52. En février 1953, lors du premier congrès des Indépendants d'outremer qui réunit à Bobodioulasso soixante délégués des territoires de l'Union française, il se voit confier le secrétariat général du Comité de coordination.

Au cours de ses deux mandats de sénateur, Mamadou Dia vote pour la ratification du Pacte atlantique (28 juillet 1949), repousse la discussion du projet de loi électorale (2 mai 1951), vote pour la loi Marie favorable à l'enseignement privé (12 septembre), et se prononce en faveur de la ratification du traité instituant la Communauté charbon-acier (1er avril 1952). Le 26 mars 1955, il s'oppose aux projets relatifs à l'U.E.O., à la fin de l'occupation en Allemagne, à l'entrée de celle-ci dans l'O.T.A.N. et à l'accord sur la Sarre. Il approuve le projet de loi sur l'état d'urgence en Algérie (1er avril) et s'abstient sur le projet de réforme électorale rétablissant le scrutin d'arrondissement (15 novembre).

Aux élections législatives du 2 janvier 1956, il se présente sur la liste du B.D.S., conduite par Léopold Senghor, qui obtient 346 266 voix sur 454 886 suffrages exprimés, et emporte les deux sièges à pourvoir par le collège unique du Sénégal. Sa démission est acceptée par le Conseil de la République le 7 février suivant.

Inscrit au groupe parlementaire des Indépendants d'outre-mer (apparentés M.R.P.), il est nommé membre de la Commission de la presse (1956), de la Commission du suffrage universel (1956), de la Commission des indemnités parlementaires (1956 -1957) et membre suppléant de la Commission des finances (1957). Mamadou Dia dépose trois propositions et un avis, notamment sur la participation de l'Etat aux frais de commémoration du centenaire de la ville de Dakar.

Député actif, il intervient fréquemment à la tribune et dépose de nombreux amendements, se consacrant tout naturellement aux problèmes de l'outre-mer. C'est ainsi qu'il aborde longuement la question algérienne le 8 mars 1956, au cours du débat sur les pleins pouvoirs, déclarant à cette occasion : « Quoi qu'il en soit, nous refusons quant à nous de nous laisser enfermer dans le carcan du faux dilemme : partir ou rester. Raisonner ainsi (...) c'est ramener le problème de la présence française à une épreuve de force, comme si la violence a jamais pu assurer la permanence ».

En application du nouveau statut de l'A.O.F., il est élu, le 18 mai 1957, vice-président du Conseil de gouvernement du Sénégal et forme un gouvernement homogène composé de représentants du Bloc populaire sénégalais dont il est secrétaire général.

Pendant la législature, il se prononce pour la ratification des traités instituant la Communauté économique européenne et l'Euratom (9 juillet 1957), ne participe pas aux différents votes concernant les institutions de l'Algérie (septembre 1957-janvier 1958). Favorable à l'investiture de Pierre Pflimlin (13 mai) et à l'instauration de l'état d'urgence (16 mai), il vote la confiance au général de Gaulle ainsi que les pleins pouvoirs et la révision constitutionnelle (2 juin).

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Mamadou DIA,
Appartenance politique
Groupe des Indépendants d'Outre-Mer
Etat-civil
Né le 18 juillet 1910
Décédé le 25 janvier 2009
Profession
Directeur d'école primaire
Département
Sénégal