Allez au contenu, Allez à la navigation

DUBOIS René

Ancien sénateur de la Loire-Inférieure
  puis de la Loire-Atlantique

Election

  • Elu le 7 novembre 1948 (Loire-Inférieure)
  • Réélu le 18 juin 1955 (Loire-Atlantique)
  • Fin de mandat le 26 avril 1959 (Elu(e) sénateur de la cinquième République)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)
Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

DUBOIS (René)

Né le 12 juillet 1893 à Paris

Décédé le 11 avril 1982 à La Baule (Loire-atlantique)

Député à la seconde Assemblée nationale Constituante (Loire-inférieure)

Député de Loire-inférieure de 1946 à 1948

Sénateur de Loire-inférieure de 1948 à 1958

Après des études de médecine et l'internat des hôpitaux de Paris, René Dubois devient, en 1924, chef de clinique chirurgicale à la faculté de médecine de Paris. Puis il s'installe à La Baule, où il ouvre une clinique à son nom, avant d'être, de 1947 à 1958, chirurgien-chef de l'hôpital de Saint-Nazaire.

Elu conseiller municipal de La Baule dès 1935, il est suspendu de son mandat par le Gouvernement de Vichy en 1941.

Entré dans la Résistance dès le mois de janvier 1941, René Dubois s'emploie à recueillir des renseignements précis sur les défenses côtières de l'ennemi ; arrêté en octobre 1941, il est acquitté en novembre 1942, et reprend alors ses activités de renseignements. Il est de nouveau arrêté, puis transféré à Belfort, d'où il s'évade en juillet 1944.

Ces actions patriotiques lui valent la médaille de la Résistance, puis, en 1954, le grade d'officier de la Légion d'honneur.

A la Libération, il est élu conseiller général de Guérande, et maire de La Baule, mandats qu'il conservera sans interruption jusqu'en 1970, et 1971.

Puis il est candidat dans la Loire-inférieure à la seconde Assemblée nationale Constituante, en troisième position de la liste du PRL qui, avec 94 297 voix sur 332 102 suffrages exprimés, remporte trois des huit sièges à pourvoir.

Il est également élu aux législatives du 10 novembre 1946, en troisième position de la liste présentée par le PRL en Loire-inférieure.

Président de la Commission de la famille en 1948, il intervient à ce titre sur la lutte contre l'alcoolisme, les spécialités pharmaceutiques, et la santé publique.

Il se présente alors aux élections du 7 novembre 1948 au Conseil de la République, en deuxième position de la liste présentée par les Républicains indépendants et le RPF en Loire-inférieure.

Avec 908 voix sur 1 324 suffrages exprimés, cette liste remporte les quatre sièges à pourvoir.

Membre du groupe des Républicains indépendants, René Dubois siège à la Commission de la famille, et à celle des moyens de communications et des transports.

La plupart de ses interventions portent sur les problèmes de santé publique et les questions sociales : budget de la santé, création d'un budget annexe des prestations sociales agricoles, obligation du vaccin antituberculeux BCG (1949), revalorisation des allocations de certaines catégories d'aveugles et de grands infirmes (1952).

Au mois de juin 1952, il accède à la présidence de la Commission de la famille, fonction qu'il exercera jusqu'en 1957.

Il s'exprime alors sur l'utilisation thérapeutique du sang humain, les dépenses de fonctionnement des services de la santé publique et de la population (1952), le traitement des alcooliques dangeureux pour autrui, la réglementation de la profession d'opticien-lunetier détaillant (1953), la transformation en facultés des écoles de médecine et de pharmacie de Rennes, Clermont-Ferrand et Nantes (1954).

Le 19 juin 1955, les trois sénateurs sortants qui se représentaient sont réélus, par 758 voix sur 1 337 exprimés.

René Dubois est alors président de l'association des maires de la Loire-inférieure.

Il intervient sur l'exercice de la pharmacie d'officine, la reconstruction de l'hôpital Ambroise-Paré, l'allocation aux grands infirmes, l'organisation du laboratoire national de la santé publique, et les concours de médecins des hôpitaux de Paris. Mais cette année 1956 est surtout marquée par l'attribution de pouvoirs spéciaux au Gouvernement en Algérie : l'évolution ultérieure de ce département séparera progressivement René Dubois des gouvernements successifs en place, lui qui combat pour un maintien intégral de l'Algérie dans la République.

Aussi formule-t-il une question orale sur la politique du Gouvernement en Méditerranée et en Afrique du Nord, discutée le 4 décembre 1956.

Puis, en octobre 1957, accédant à la présidence de la Commission des moyens de communication, il s'exprime sur le projet de loi pour le rétablissement de l'ordre en Algérie, et les institutions et les élections en Algérie, puis sur le projet de loi portant reconduction des pouvoirs spéciaux dans ce département (1958).

Les 2 et 3 juin 1958, il se prononce pour les pleins pouvoirs, et pour la révision constitutionnelle.

Il est réélu le 26 avril 1959.

Afficher le texte

Ve République

DUBOIS (René)

Né le 12 juillet 1893 à Paris

Décédé le 11 avril 1982 à La Baule (Loire-Atlantique)

Député à la seconde Assemblée nationale Constituante

Député de Loire-inférieure de 1946 à 1948

Sénateur de Loire-inférieure, puis de Loire-Atlantique de 1948 à 1965

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome III p. 400-401)

René Dubois figure en 2e position sur la liste soutenue par les Indépendants et les gaullistes dans la Loire-Atlantique aux sénatoriales du 26 avril 1959. Il obtient 866 voix sur 1 552 et est réélu dès le 1er tour de scrutin, comme Abel Durand et Michel de Pontbriand. Le 4e siège disponible revient au président de la Chambre d'agriculture Albert Boucher.

Le maire de La Baule s'inscrit au groupe des Républicains indépendants (RI) et siège à la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées jusqu'à l'automne 1960. Il rejoint ensuite la commission des affaires culturelles, qu'il quitte en octobre 1963 pour la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation. Il intervient à 37 reprises en séances publiques entre 1959 et 1965.

René Dubois se montre particulièrement soucieux de la politique conduite en faveur des anciens combattants et victimes de guerre. Il s'élève contre l'ordonnance du 30 décembre 1958, qui supprime la retraite des anciens combattants. C'est une question orale d'Antoine Courrière, président du groupe socialiste du Sénat, qui lui permet d'aborder cette question le 9 juin 1959. René Dubois révèle alors qu'il a « adressé au président Pinay », auquel il porte une « affectueuse estime » et qui détient le portefeuille des finances dans le gouvernement Debré, une lettre aux termes « peu amènes » pour protester contre les dispositions de cette ordonnance. Il estime que la question de la retraite des anciens combattants est symptomatique des rapports entre le « citoyen isolé » et l'Etat, cette « puissance indispensable sans doute mais si vite insensible et anonyme, qui peut prendre l'aspect d'un Moloch redoutable ». Le maire de La Baule se félicite que les socialistes comme Antoine Courrière défendent les anciens combattants, mais juge que la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO), en soutenant une « politique de réduction ininterrompue des crédits militaires », a pris « une large part des responsabilités dans l'aggravation de l'horrible holocauste qui allait résulter de l'envoi au combat de jeunes recrues françaises mal défendues » en 1914-1918.

Chirurgien retraité, René Dubois est également très présent dans les débats qui intéressent la politique de santé au début de la Ve République. Il salue ainsi l'« effort extrêmement louable » que représente la loi de programme relatif à l'équipement sanitaire et social de 1959. Ce texte prévoit un important développement des « centres de dépistage et de traitement des tumeurs malignes » et du cancer. René Dubois souligne en revanche que la construction d'hôpitaux psychiatriques aurait « mérité un plus grand effort » et décrit « l'affreux encombrement [...] des services psychiatriques : malades couchés dans les couloirs, malades couchés dans les combles, malades couchés dans les intervalles des lits sur d'horribles brancards ». Il attribue « l'augmentation considérable du nombre des aliénés » à « l'agitation, la fébrilité de la vie moderne et surtout de la vie citadine » ainsi qu'à « l'alcool ». Il envisage en conséquence la création d'« un superimpôt » payé par les industriels de l'alcool (séance du 17 juin 1959). Il accorde son soutien au Gouvernement lorsque celui-ci souhaite légiférer par ordonnances contre certains fléaux sociaux à l'été 1960. René Dubois affirme que « l'extinction progressive et à terme du [...] privilège des bouilleurs de cru est une mesure susceptible d'aider efficacement à la lutte contre l'alcoolisme ». Il appelle l'exécutif à « juguler la publicité tapageuse » de certains groupes de l'industrie des boissons alcoolisées (21 juillet 1960). René Dubois est rapporteur spécial du budget de la Santé publique et de la population pour 1964 et 1965.

C'est pourtant comme opposant à la politique algérienne du général de Gaulle qu'il se fait entendre avec le plus de force au Palais du Luxembourg et au-delà, auprès de l'opinion publique. René Dubois s'appuie sur son « amitié blessée » avec Michel Debré, pour prononcer, le 3 février 1960, un véritable réquisitoire à l'encontre de son ancien collègue devenu Premier ministre. Le Sénat examine alors le projet de loi accordant les pouvoirs spéciaux au Gouvernement pour ramener l'ordre en Algérie au lendemain d'une semaine de troubles : le maire de La Baule observe que « parmi ceux qui furent hier sur les barricades d'Alger, beaucoup ont été catéchisés, conduits à la révolte, par les articles du Courrier de la colère dont Michel Debré était l'animateur implacable, intransigeant et féroce ». Aussi se demande-t-il qui « sont les plus coupables, de ceux qui sèment la tempête ou de ceux qui la déclenchent ». René Dubois va jusqu'à contester la légitimité du pouvoir, « légitimité née d'un coup de force national dont les bénéficiaires se sont aussitôt obligés à renier et à sabrer les auteurs avant de les faire embastiller ». Il dépose plusieurs questions orales au sujet de la politique algérienne au début des années 60, qu'il s'agisse de s'émouvoir des internements administratifs de partisans aux camps de Thol (juin 1961) et de Saint-Maurice-l'Ardoise (mai 1962) ou d'exiger des explications sur les circonstances du décès dans sa cellule d'un « jeune patriote français opposé au séparatisme algérien, ayant été arrêté à Constantine le 20 septembre 1961 » (octobre 1961). Il mène une campagne déterminée contre les référendums du 8 janvier 1961 (autodétermination de l'Algérie) et du 8 avril 1962 (ratification des accords d'Evian). Il appelle à voter « non » au référendum du 28 octobre 1962 sur l'élection du chef de l'Etat au suffrage universel direct. René Dubois défend le principe d'une amnistie complète bénéficiant aux militaires et civils condamnés pour des faits liés à la guerre d'Algérie (3 novembre 1964).

René Dubois est le seul sortant à solliciter le renouvellement de son mandat lors des sénatoriales du 26 septembre 1965 dans la Loire-Atlantique. Il ne figure qu'en 6e position à l'issue d'un premier tour qui voit l'élection du maire de Nantes André Morice. Le scrutin décisif lui fait perdre une centaine de voix : il passe de 480 à 375 soutiens (sur 1 656, puis 1 598 suffrages exprimés) entre les deux tours. Sa défaite est sans appel : Michel Chauty, le plus « mal élu » des nouveaux sénateurs, rassemble en effet 776 voix.

L'ancien parlementaire conduit ses mandats locaux à leur terme, puis abandonne la vie publique au seuil des années 70. Il meurt au printemps 1982. René Dubois était officier de la Légion d'honneur et avait été décoré de la Croix de guerre 1914-1918 et de la médaille de la Résistance.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. René DUBOIS,
Appartenance politique
Groupe du Rassemblement du Peuple Français
Etat-civil
Né le 12 juillet 1893
Décédé le 11 avril 1982
Profession
Chirurgien
Département
Loire-Atlantique