Allez au contenu, Allez à la navigation

GIACOMONI Antoine

Ancien sénateur des Alpes-Maritimes

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 8 décembre 1946
  • Réélu le 7 novembre 1948
  • Fin de mandat le 19 juin 1955 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

GIACOMONI (Antoine)

Né le 12 février 1881 à Sainte-Lucie-de-Tallano (Corse)

Décédé le 20 juillet 1973 à Nice (Alpes-Maritimes)

Conseiller de la République, puis Sénateur des Alpes-Maritimes de 1946 à 1955

Antoine Giacomoni débute sa carrière au barreau de Bastia, auquel il s'inscrit après des études juridiques menées à Grenoble, puis à Lyon.

A la fin du premier conflit mondial, durant lequel il est blessé - son courage est distingué par la Croix de guerre -, il s'installe à Dakar comme avocat à la cour d'Afrique Occidentale Française.

De retour en métropole, il est nommé, en 1931, substitut du procureur à Nice, puis juge d'instruction au tribunal de cette ville.

Son patriotisme lui vaut d'être relevé de ses fonctions au mois d'avril 1943.

Parallèlement à sa carrière d'homme de loi, Antoine Giacomoni s'implique dans la vie politique : d'abord conseiller municipal de Bastia, de 1911 à 1923, il est premier adjoint au maire de Dakar de 1928 à 1931.

A la Libération, il reprend son activité d'avocat, et préside l'union départementale du Rassemblement des Gauches Républicaines.

Il est alors élu conseiller général du canton d'Utelle, dans les Alpes-Maritimes, puis se présente, dans ce département comme tête de la liste du RGR, au scrutin du 8 décembre 1946 au Conseil de la République.

Avec 414 voix sur 884 suffrages exprimés, cette liste remporte alors les deux sièges à pourvoir.

Membre du groupe du RGR du Conseil de la République, Antoine Giacomoni siège à la Commission de la justice, et à celle de la défense nationale.

Il intervient dans de nombreux débats dont ceux sur l'amnistie (1947), l'élection des délégués mineurs, l'impôt sur les jeux dans les casinos, l'indemnisation des Français ayant des biens en Italie (1949), la durée du service militaire actif, la politique étrangère de la France (1950), la vente d'immeubles par appartements (1952), la proposition de loi portant amnistie (1953).

Il rédige également plusieurs propositions de loi ou de résolution sur la subvention instituée au profit de la Corse, l'application aux artisans du code des impôts directs, la sauvegarde des droits des gendarmes (1948), la modification du mode d'élection des membres de l'Assemblée nationale (1949), la répression des attaques à main armée proposition débattue en séance en mars 1950 - et la mise en régie des industries d'armement (1950).

Lors du renouvellement partiel du Conseil, le 19 juin 1955, il conduit la Liste du Rassemblement Républicain, mais échoue à retrouver son siège.

Il se retire alors de la vie politique nationale, et se consacre à son cabinet d'avocat. Il décède à Nice le 20 juillet 1973.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Antoine GIACOMONI,
Appartenance politique
Groupe de la Gauche Démocratique et du Rassemblement des Gauches Républicaines
Etat-civil
Né le 12 février 1881
Décédé le 20 juillet 1973
Profession
Avocat
Département
Alpes-Maritimes