Allez au contenu, Allez à la navigation

LASSALLE-SERE Robert

Ancien sénateur de l'Océanie

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 29 mai 1949
  • Fin de mandat le 15 mars 1953 (Ne se représente pas)

Extraits de la table nominative :

1949 , 1950 , 1951 , 1952

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

LASSALLE-SÉRÉ (Robert)

Né le 28 novembre 1898 à Salies-de-Béarn (Basses-Pyrénées)

Décédé le 10 mai 1958 à Paris (5ème)

Sénateur des Etablissements français de l'Océanie de 1949 à 1952

Originaire des Basses-Pyrénées, Robert Lassalle-Séré fait ses études de droit à la faculté de Toulouse. En 1916, il se porte volontaire pour mener le combat avec les troupes françaises. Après un stage à l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, il est nommé sous-lieutenant de l'armée d'active et part au front avec le régiment d'infanterie coloniale. A la fin de la guerre, il décide de rester dans l'armée et devient lieutenant puis capitaine d'infanterie coloniale en 1920 et en 1927. Cet engagement lui vaut la Légion d'honneur et la croix de guerre. Il en obtiendra deux autres, pour son action au Maroc et à la guerre de 1939-1945.

La guerre, où il a côtoyé les régiments coloniaux, donne à Robert Lassalle Séré l'occasion de mieux connaître les territoires d'outre-mer. Ainsi il quitte l'armée en 1930 et entre dans l'administration coloniale. En 1941, il est nommé directeur des finances de l'Afrique occidentale française. Puis vient le poste d'inspecteur général des colonies auprès du ministère de la France d'outre-mer.

Quelques années plus tard, considéré comme un des spécialistes des problèmes océaniens et vivant à Tahiti, c'est logiquement que Robert Lassalle-Séré est désigné pour représenter cette région en métropole lors des élections au Conseil de la République. Premier commissaire à la commission du Pacifique Sud, il est élu sénateur le 29 mai 1949.

Au Palais du Luxembourg, il s'inscrit au groupe du Rassemblement des gauches républicaines et de la gauche démocratique comme membre apparenté. Ses objectifs sont alors clairs : redresser l'état économique des territoires d'Océanie afin d'éviter l'exaspération des tensions entre ceux-ci et la métropole. Les principales difficultés économiques étant dues à la chute du cours de la vanille et du coprah, Robert Lassalle-Séré encourage son pays d'adoption à trouver une solution dans des accords avec la métropole au lieu d'être tenté de déverser ses productions sur un marché mondial saturé. Il souligne également la délicate situation de ces îles loin de tout, que des liaisons maritimes et aériennes insuffisantes ne parviennent pas à améliorer.

Au Conseil de la République, son activité parlementaire se concentre essentiellement sur les Etablissements français d Océanie (EFO) et l'Union française en général. En tant que membre de la commission de la France d'outre-mer et de la commission de la marine et des pêches, Robert Lassalle-Séré a été très actif durant les trois années où il siège au Palais du Luxembourg. En 1950, il dépose une proposition de loi sur la réglementation de la vente, de l'importation, de la fabrication et de la mise en vente des boissons alcooliques dans les EFO, et une proposition de loi relative aux publications en langue tahitienne et marquisienne. Au nom de la commission de la France d'outre-mer, il rédige un rapport sur les soldes et les indemnités de fonctionnaires civils et militaires dépendant du ministère de la France d'outre-mer et sur leurs recrutement, retraite ou mise en congé. Il intervient également sur l'exploitation des substances utiles aux recherches atomiques que l'Etat a pris l'habitude de mener outre-mer. En 1952, il présente un rapport visant à rendre applicable aux TOM, au Togo et au Cameroun la loi de 1951 qui supprime ou limite le droit des juges d'accorder un sursis aux peines qu'il prononce et de faire bénéficier le coupable des circonstances atténuantes. S'intéressant aux problèmes institutionnels, Robert Lassalle-Séré dépose une proposition de loi sur la suppression du conseil privé dans les EFO et un rapport concernant la composition et la formation des assemblées territoriales des EFO. Enfin, il ex plique son vote sur le projet de loi proposant d'établir un code du travail dans les TOM.

Pour autant, Robert Lassalle-Séré n'est pas indifférent aux questions qui occupent la France métropolitaine ; ainsi intervient-il sur la résolution décidant d'une révision de la Constitution ou sur les dépenses de fonctionnement de l'aviation civile et commerciale.

Le mandat de Robert Lassalle-Séré au Conseil de la République devait expirer le 3 juin 1952. Il fut toutefois quelque peu prolongé, les élections n'ayant pu avoir lieu que le 15 mars 1953, après le renouvellement de l'Assemblée représentative du Territoire des EFO. Mais Robert Lassalle-Séré ne se représenta pas à ces élections.

Il meurt le 10 mai 1958 à Paris à l'âge de 59 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Robert LASSALLE-SERE,
Appartenance politique
Groupe de la Gauche Démocratique et du Rassemblement des Gauches Républicaines
Etat-civil
Né le 26 novembre 1898
Décédé le 10 mai 1958
Profession
Militaire , administrateur colonial
Département
Océanie