Allez au contenu, Allez à la navigation

PINCHARD Raymond

Ancien sénateur de la Meurthe-et-Moselle

Election

  • Elu le 18 mai 1952
  • Réélu le 8 juin 1958
  • Fin de mandat le 26 avril 1959 (Elu(e) sénateur de la cinquième République)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)
Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

PINCHARD (Raymond)

Né le 16 juillet 1889 à Saint-Dizier (Haute-Marne)

Décédé le 22 août 1961 à Nancy (Meurthe-et-Moselle)

Sénateur de Meurthe-et-Moselle de 1952 à 1958

Petit-fils d'un ouvrier métallurgiste et fils unique d'un contremaître de tréfilerie, Raymond Pinchard se destine aux métiers de la sidérurgie. En 1908, il sort major de sa promotion de l'Ecole des Arts et Métiers de Châlon-sur-Marne et commence alors une importante carrière industrielle. Il exerce la profession de dessinateur aux ateliers de construction de locomotives de la Compagnie des chemins de fer du PLM, avant d'être incorporé de 1910 à 1912. Après son service militaire, il entre aux Fonderies Bayard (Haute-Marne) comme ingénieur. A l'issue de la guerre, on le retrouve directeur de l'agence nancéenne des Etablissements champenois spécialisés dans la fabrique de machines agricoles. Définitivement installé à Nancy, il dirige cette importante entreprise jusqu'en 1937. Il se marie avec Marcelle Foissy et ils donnent ensemble naissance à quatre filles et un garçon. Sa nomination comme directeur général de la grande Chaudronnerie lorraine en 1938 marque le sommet de sa vie professionnelle. Administrateur des Fonderies de Tréveray et Vitry, de la Mécanique moderne, des Etablissements Nordon-Fruhinsholz et des Papeteries de Clairefontaine, l'industriel est au coeur de l'activité économique du département de la Meurthe-et-Moselle.

Au lendemain de la première guerre mondiale, Raymond Pinchard est élu président de l'association nationale des ingénieurs des arts et métiers. Dans cette fonction, l'ancien gadz'art oeuvre pour la modernisation des programmes d'étude et l'instauration de la quatrième année d'étude. L'école lui doit également la construction de la Maison des Arts et Métiers de la Cité universitaire de Paris. Après 1945, l'autorité et la notoriété de ce patron d'industrie lui valent par ailleurs d'être appelé à siéger à la Chambre de Commerce du département et à présider l'association des constructeurs métalliques de l'Est. Adhérant du Rotary Club de Nancy, il est en outre nommé membre du conseil d'administration du journal L'Est Républicain et membre du Comité supérieur de l'enseignement technique.

La guerre interrompt par deux fois cette carrière industrielle. Sous-lieutenant de réserve d'artillerie, Raymond Pinchard est mobilisé le 31 juillet 1914 dans les rangs du 60ème RAD. Il fait preuve d'un comportement exemplaire au combat. Blessé à trois reprises, il est démobilisée le 8 avril 1919, avec le grade de commandant de batterie, six citations, la croix de guerre et la Military Cross. Raymond Poincaré lui remet également la Légion d'honneur. En 1939, il est de nouveau mobilisé comme chef d'escadron au 68ème RAD et prend part aux opérations de la campagne de France. Il est décoré du titre de chef d'escadron honoraire et de la croix de chevalier du Mérite militaire. En 1951, il est promu, à titre militaire, au grade de commandeur de la Légion d'honneur.

Discret durant l'occupation, Raymond Pinchard prend ensuite part à la reconstruction de sa ville d'adoption, en consacrant son énergie à l'action publique. A 58 ans, il reconvertit son expérience et entame une carrière politique qui le conduira des arènes locales au Parlement. A Nancy, il se fait élire conseiller municipal indépendant, les 19 et 26 octobre 1947 et se voit nommer adjoint délégué à l'enseignement au sein de la municipalité dirigée par le gaulliste Lionel-Pèlerin. Leader indépendant fort d'une triple légitimité industrielle, militaire et politique, il se porte candidat au renouvellement sénatorial de 1952 et emporte un siège de sénateur de la Meurthe-et-Moselle, le 18 mai. Onze mois plus tard à Nancy, il conduit, contre le maire sortant, la liste d'Union pour la rénovation municipale et le développement de la construction. Il emporte le scrutin d'une courte majorité et se fait élire maire le 9 mai 1953. Il est réélu sénateur indépendant le 8 juin 1958.

A la tête de la municipalité, le sénateur-maire se veut un « administrateur de la Cité au service des intérêts des contribuables ». Dès 1953, il mène une politique de grands travaux résumée sous l'appellation du « Plan Pinchard ». La cité urbaine du Haut-du-Lièvre en est la principale réalisation. Mais c'est également sous son administration que sont lancés les chantiers d'extension de l'Hôtel de Ville, les travaux d'aménagement du quai René-II et d'assainissement des quartiers Saint-Sébastien et Beauregard ou encore le projet de Cité hospitalière. Le bâtisseur contribue en outre à l'expansion économique de la ville et stimule son rayonnement national et européen en soutenant le développement de la Foire Exposition, et en présidant le Football Club de Nancy. Président de la société lorraine d'économie mixte d'aménagement urbain et président de l'association départementale des maires de Meurthe-et-Moselle, il est également à l'origine de la création du district urbain rassemblant les communes de l'agglomération nancéenne.

Fort de son autorité locale il accepte des responsabilités nationales au sein de la formation de notables dont il se réclame. Il est ainsi membre du bureau politique du Centre national des indépendants et paysans. Mais, Raymond Pinchard demeure avant tout le maire de sa ville et considère surtout son mandat parlementaire comme un atout pour la défense des intérêts nancéens. Au Palais du Luxembourg, il prend cependant une part active aux travaux de quatre commissions dont il est membre titulaire : la commission de l'éducation nationale (1953-1955), la commission de la production industrielle (1953-1959), la commission de la défense nationale (1955-1959) et la commission de coordination permanente de la recherche scientifique et du progrès technique (1955-1959). Durant son mandat, Raymond Pinchard prend la parole dans de nombreuses discussions relatives aux intérêts de sa région et aux secteurs d'intervention dans lesquels il se spécialise : vie étudiante, défense, production et équipement industriel. Cinq amendements, cinq rapports et deux avis constituent l'essentiel de son activité législative de 1955 à 1959.

Lors des scrutins des 2 et 3 juin 1958, l'indépendant Raymond Pinchard vote les pouvoirs spéciaux en Algérie ainsi que les pleins pouvoirs législatifs à De Gaulle. Il donne également son suffrage au projet de modification de l'article 90 concernant la révision constitutionnelle.

Afficher le texte

Ve République

PINCHARD (Raymond Eugène Marie)

Né le 16 juillet 1889 à Saint-Dizier (Haute-Marne) Décédé le 22 août 1961 à Nancy (Meurthe-et-Moselle)

Sénateur de la Meurthe-et-Moselle de 1952 à 1961

Réélu sénateur le 26 avril 1959 au premier tour de scrutin avec 888 voix sur 1 639 votants, Raymond Pinchard retrouve sa place à la commission des affaires économiques. En juin, il est désigné président du groupe sénatorial des Républicains et indépendants. Il intervient en séance publique sur les projets de loi de programme relatifs à l'équipement agricole, et à l'équipement économique général (1959) ; il s'abstient lors du vote de la loi autorisant le Gouvernement à prendre certaines mesures relatives au maintien de l'ordre, à la sauvegarde de l'Etat, à la pacification et à l'administration de l'Algérie (1960) ; puis il dépose un rapport sur le développement de la recherche et de l'exploitation du pétrole au Sahara (1961).

Son état de santé ne lui permet pas de s'investir davantage dans les travaux du Sénat. Il décède à Nancy, ville dont il était maire depuis 1953. Le 5 septembre 1961, Gaston Monnerville, président du Sénat, prononce son éloge funèbre, auquel s'associe le Premier ministre, Michel Debré, au nom du Gouvernement.

Membre de l'association des officiers de réserve de Nancy, ancien président du football-club nancéien, Raymond Pinchard était également officier du Mérite commercial et du Mérite sportif, commandeur du Ouissam alaouite, de l'ordre du Mérite de la République italienne, et de l'Ordre grand ducal de la couronne de chêne du Luxembourg.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Raymond PINCHARD,
Appartenance politique
Groupe des Républicains Indépendants
Etat-civil
Né le 16 juillet 1889
Décédé le 22 août 1961
Profession
Ingénieur des Arts et Métiers
Département
Meurthe-et-Moselle