Allez au contenu, Allez à la navigation

AUBIN Jean

Ancien sénateur des Hautes-Alpes

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 25 octobre 1968 (en remplacement de M. Ludovic TRON, décédé)
  • Fin de mandat le 1er octobre 1971 (non réélu)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires culturelles
  • Membre du Groupe de l'Union Centriste

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

AUBIN (Jean)

Né le 15 août 1901 à Saint-Etienne-Le-Laus (Hautes-Alpes)

Décédé le 6 janvier 1994 à Gap (Hautes-Alpes)

Député des Hautes-Alpes de 1951 à 1956

Sénateur des Hautes-Alpes de 1968 à 1971

(Voir la première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome I, p. 415-416)

Jean Aubin devient membre de la Haute assemblée le 25 octobre 1968, à la suite du décès de Ludovic Tron dont il était le suppléant et sous la présidence duquel il siégeait au conseil général des Hautes-Alpes. Il adhère aussitôt au groupe de l'Union centriste et rejoint la commission des affaires culturelles.

Sa première intervention dans l'hémicycle porte tout naturellement sur l'économie montagnarde dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances pour 1969. L'année suivante, il intervient également lors de l'examen du projet de loi de finances rectificative et du projet de loi de finances pour 1970 à propos du développement du tourisme en haute montagne : en sa qualité de haute-alpin et de maire d'une petite commune de haute-montagne il met en particulier l'accent sur la nécessaire prise en compte des risques inhérents à ces zones. En avril 1970, la catastrophe du plateau d'Assy, qui entraina la mort de 71 personnes dans le sanatorium pour enfants, le conduit à demander au Gouvernement de revoir les implantations hôtelières, sanitaires et touristiques en haute montagne. La même année, il reprend la parole sur ce sujet lors le débat préparatoire au VIe Plan puis, quelques mois plus tard, au printemps 1971, lors de l'adoption dudit Plan.

L'examen du projet de loi de finances pour 1971 lui permet d'attirer tout particulièrement l'attention sur les responsabilités qui pèsent sur les magistrats municipaux. Soucieux d'assurer le financement de l'élimination des sacs plastiques qui « prolifèrent » et dont la charge est supportée par les communes, il dépose alors une proposition de loi instituant une taxe sur ces emballages.

Fort de son expérience d'exploitant agricole, d'élu local et de responsable au sein d'organismes professionnels, il pose en outre de nombreuses questions écrites non seulement sur la politique agricole et la situation des agriculteurs mais également sur la politique économique du Gouvernement et la situation budgétaire de la France.

Battu lors des élections sénatoriales du 26 septembre 1971, il se consacre désormais à ses responsabilités locales de maire de son village natal de Saint-Etienne-Le-Laus, fonction qu'il n'abandonne qu'en 1983 après plus de 53 ans d'exercice, et de conseiller général du canton de La Batie Neuve, mandat auquel il ne se représente pas en mars 1985, après plus de 45 ans d'exercice.

La 6 janvier 1994, il s'éteint à l'hôpital de Gap à l'âge de 92 ans. Il était officier de la Légion d'honneur, officier du Mérite agricole, chevalier de l'Ordre pontifical de Grégoire le grand et titulaire de la Croix de vermeil de l'administration départementale et communale.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Jean AUBIN, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe de l'Union Centriste
Etat-civil
Né le 15 août 1901
Décédé le 6 janvier 1994
Profession
Agriculteur
Département
Hautes-Alpes